Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 01:54

Lazare Ponticelli, né Lazzaro Ponticelli le 7 décembre 1897 dans le hameau de Groppo Ducale à Bettola en Italie, était le dernier poilu de la guerre 1914-18. Il est décédé ce mercredi, le 12 mars 2008, au Kremlin-Bicêtre dans le Val-de-Marne en France.

ponticelli-dernier-poilu.jpgLazare Ponticelli était officiellement le dernier poilu français depuis le décès de Louis de Cazenave le 20 janvier 2008. Doyen des Français, il est aussi le neuvième homme de nationalité française à entrer dans la liste des supercentenaires. Il est décédé le 12 mars 2008 à l’age de 110 ans. C’est la présidence de la République qui a annoncé la mort du dernier poilu français.

Lazare Ponticelli est né à Bettola, petite ville du nord de l’Italie dans la région de Plaisance, dans une famille très pauvre de sept enfants qui vit à Cordani un village de montagne. Son père travaille sur les foires et est aussi à l’occasion menuisier et cordonnier. Sa mère cultive le petit lopin de terre familial et trois fois par an descend travailler comme journalière dans les rizières de la plaine du Pô. Sa mère part en France pour essayer de gagner plus d’argent alors que son fils Lazare n’a que deux ans. Son père et son frère aîné décèdent brutalement quelques temps après. Le reste de la famille décide alors de tenter aussi sa chance à Paris et laisse le petit Lazare chez des voisins.

L’enfant commence à travailler dès l’âge de six ans, capturant des volatiles et fabriquant des sabots. Il utilisera l’argent gagné pour prendre le train et se rendre à Paris en France. Ne sachant pas si ses économies seraient suffisantes pour acheter un billet Piacenza-Paris, il décida de courir derrière le train jusqu’à la frontière française, avec ses sabots sur l’épaule pour ne pas les abîmer. Il débarque Gare de Lyon, en 1906 à 9 ans, sans savoir ni lire, ni écrire, ni parler français.

En France, il reste trois jours et trois nuits dans la gare, jusqu’à ce qu’un chef de gare le remarque. Celui-ci tenta de l’interroger sur sa présence ici mais Lazare, ne connaissant pas le français, ne put que lui répéter le nom d’un bistrotier, point de passage des Italiens de son village travaillant à Paris et dont on lui avait parlé avant son départ. Par chance, le chef de gare reconnut le nom et le conduisit chez le cafetier dont la femme le prit sous son aile.

Il commença à travailler comme ramoneur à Nogent-sur-Marne, où résidait une importante communauté italienne (Les Ritals), puis devint crieur de journaux à Paris. Il garde d’ailleurs un souvenir vif du jour de la mort de Jean Jaurès le 31 juillet 1914, car, à cette occasion, les gens s’arrachèrent ses journaux place de la Bastille. Il travailla également comme coursier pour Pierre et Marie Curie.

Première Guerre mondiale

Dès le début de la Première Guerre mondiale, en trichant sur son âge, il s’engagea dans le premier régiment de marche de la Légion étrangère, de Sidi-Bel-Abbès, où il retrouva d’ailleurs l’un de ses frères, et fut envoyé sur le front à Soissons.

En mai 1915, il se trouve près de Verdun, lorsqu’il est démobilisé. En effet, avec l’entrée en guerre de l’Italie, il doit rejoindre l’armée italienne. Refusant de quitter l’uniforme français, c’est accompagné de deux gendarmes qu’il est amené à Turin. Il est enrôlé dans le 3e régiment de chasseurs alpins, les Alpini, et combat les Autrichiens dans le Tyrol.

Il connaît alors les fraternisations entre troupes autrichiennes et italiennes (beaucoup d’Alpini du Tyrol italien parlent l’allemand). Sa compagnie est alors sanctionnée par l’État-major et envoyée dans une zone de combats plus rude, à Monte Cucco, aujourd’hui en Slovénie. En charge d’une mitrailleuse, il sera blessé sérieusement à la joue par un éclat d’obus lors d’une sanglante offensive italienne contre les positions ennemies. Il est opéré sur place à vif et envoyé en convalescence à Naples. Il retourne au front en 1918 à Monte Grappa où il est confronté aux attaques au gaz, tuant des centaines de ses camarades :

« Des hommes, touchés par les gaz, gonflaient et mouraient par paquets. Ceux qui arrivaient derrière étaient obligés de leur marcher dessus. Les corps éclataient comme des ballons... »

C’est là qu’il apprend la signature de l’Armistice.

Démobilisé et de retour en France en 1920, il fonde avec ses deux frères, Céleste et Bonfils, une société de fumisterie (Ponticelli Frères), entreprise qui deviendra une petite multinationale dans le domaine de la construction et de la maintenance industrielle, principalement dans le pétrole et le nucléaire, employant plus de 3 500 personnes.

Seconde Guerre mondiale

En 1939, au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Lazare demande et obtient la nationalité française. Il s’engage au 3e bureau du département de la Seine. Mais jugé trop vieux pour le service actif, il est renvoyé à son entreprise où l’on estime que ses services seront plus profitables à l’effort de guerre. Il évacue cette dernière en zone sud non occupée par les Allemands. Lors de l’occupation de cette dernière en 1942, il retourne à Paris et s’engage dans la Résistance. Il prendra sa retraite en 1960.

Retraite et souvenirs

Comme beaucoup de poilus, Lazare Ponticelli n’a pas parlé de ce qu’il a vécu lors de la Première Guerre. Ce n’est que ces dernières années qu’il a accepté de témoigner dans des écoles et auprès de journalistes.

« Cette guerre, on ne savait pas pourquoi on la faisait. On se battait contre des gens comme nous... »

« On ne voulait pas faire la guerre, on nous l’a fait faire » en effet, toute désobéissance vous conduisait au mieux « De Verdun à Cayenne » au pire vous valait le peloton d’exécution. »

Entre le 20 janvier 2008 et le 12 mars 2008, il a été le dernier poilu vivant, après la mort de Louis de Cazenave. Comme ce dernier, il avait manifesté son opposition à avoir des obsèques nationales[5]. En 2005, le Haut conseil de la mémoire combattante, présidé par le président de la République, avait décidé que seraient organisées des obsèques de portée nationale pour le dernier combattant de 14-18 et que celui-ci serait enterré au Panthéon. Lazare Ponticelli a déclaré « Je refuse ces obsèques nationales. Ce n’est pas juste d’attendre le dernier poilu. C’est un affront fait à tous les autres, morts sans avoir eu les honneurs qu’ils méritaient. On n’a rien fait pour eux. Ils se sont battus comme moi. Ils avaient droit à un geste de leur vivant... Même un petit geste aurait suffit ». Il estime que le travail de mémoire arrive trop tard. « On s’en est foutu un peu. Il a fallu que ce soit Chirac qui commence à bouger quand on n’était plus nombreux et qu’on était fatigués. ». Sa fille a indiqué que si elle pouvait accepter une cérémonie nationale simple dédiée aux morts de la Première Guerre mondiale, elle exige que son père soit enterré dans le caveau familial.

Le 11 novembre 2007, il assiste à ses dernières commémorations de l’Armistice dans sa ville du Kremlin-Bicêtre et le 16 décembre 2007, il est reçu à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration à Paris pour célébrer ses 110 ans.

Le 23 janvier 2008, Lazare Ponticelli, après le décès de Louis de Cazenave, a néanmoins accepté des obsèques nationales[6] mais à condition que celles-ci soient simples, dédiées à tous les morts de la Première Guerre mondiale. Cependant, il refuse le Panthéon et souhaite être enterré auprès des siens.

Bibliographie

* Nicolas Offenstadt, « Le pays à un héros : le dernier poilu », L’Histoire, n° 320, mai 2007, pp. 25-26.

* Philippe Guyot, Fabienne Mercier-Bernadet, Raymond Muelle et Clément Ragot, Hommage à Lazare Ponticelli, dernier légionnaire garibaldien de la Grande Guerre, Éditions Esprit du livre, coll. « Histoire & mémoires combattantes », Sceaux, 2007, 160 p. + 8 p. d’illustrations, (ISBN 978-2-915960-23-5).

Récit personnel

* Lazare Ponticelli, Ponticelli Frères : les premières années : trois frères, une entreprise, Le Kremlin-Bicêtre, Ville du Kremlin-Bicêtre, 2005, 177 p. + 12 p. d’illustrations, (ISBN 2-9525364-0-6).


http://www.spcm.org/Journal/spip.php?breve10210

 

Jeudi 13 Mars 2008

philippe guistinati


 

 

Hommage sobre au dernier poilu Lazare Ponticelli lundi 17 mars 2008

 

 

Lazare Ponticelli, "homme de paix, modeste et héroïque, (...) italien de naissance et français de préférence" selon les mots de Max Gallo, a reçu un hommage solennel lundi matin aux Invalides. Les obsèques du dernier "poilu" de la Première guerre mondiale, ce simple soldat d'origine italienne mort à 110 ans mercredi dernier, se sont déroulées en l'église Saint-Louis des Invalides, à Paris, en présence du président Nicolas Sarkozy et de l'ensemble du gouvernement, ainsi que de l'ancien chef de l'Etat Jacques Chirac.

Après l'entrée du cercueil de Lazare Ponticelli, recouvert du drapeau français et porté par les légionnaires, avec lesquels il avait combattu, Mgr Patrick Le Gal, évêque des armées, a célébré la messe solennelle en hommage au dernier poilu.

Le soldat avait accepté au dernier moment un hommage de portée nationale, "si c'est dans la dignité". "Pas de tapage important ni de grand défilé. Mais une messe aux Invalides en hommage à mes camarades morts dans cette horreur de la guerre et auxquels j'ai promis de ne jamais les oublier", avait-il déclaré avant sa mort.

Au cours de la cérémonie, un poème composé par des collégiens en son honneur à l'occasion de son 110e anniversaire, a été lu à la demande de Lazare Ponticelli. "Vous souvenez-vous de l'acrostiche que nous avons collectivement rédigé: Ponticelli, P comme paradis que vous rejoindrez, O obstacle que vous avez franchi, N nation que vous avez défendue (...)". "C'est grâce à vous, grâce à tous les poilus que nous vivons dans un pays libre, merci".

Après la lecture de la prière des chasseurs alpins, en italien, un de ses petits-fils, Patrick Large, a évoqué quelques souvenirs personnels de son grand-père: "ton goût immodéré du travail", "ta force de conviction", "ta droiture, tu aimais beaucoup l'honnêteté et tes actions étaient accordées à tes pensées". "Lazare, je t'aime et je te souhaite bonne route".

A l'issue de la cérémonie religieuse, Lazare Ponticelli a reçu les honneurs militaires dans la cour des Invalides, avec côte à côté Nicolas Sarkozy et l'ancien président Jacques Chirac, qui le premier avait souhaité des obsèques nationales.

Une haie d'hommes habillés en tenue de poilus datant de 1915, du symbolique bleu horizon, a encadré le cercueil qui a été placé au centre de la cour des Invalides, alors que Max Gallo prononçait l'éloge funèbre.

"Lazare Ponticelli a offert sa vie et celle des siens à la France, c'est la communauté nationale qui gagne. Sa présence honore ce monument des Invalides qui est au coeur de l'histoire de la Nation", a lancé l'historien, sous le soleil perçant. "C'est parce qu'il est ici, parmi nous, avec tous ceux qu'il représente, que notre histoire est grande".

"Grâce à lui, ses camarades dont il disait qu'ils étaient morts sans considération, emplissent notre mémoire. Entre eux et nous, c'est l'union sacrée", a souligné Max Gallo, établissant un parallèle avec l'oeuvre de l'écrivain italien Primo Levi dans "Se questo e un uomo", sur la Shoah. "Nous n'oublions aucun des camarades de Lazare Ponticelli mais la mort ne gagne pas".

"Lazare Ponticelli, homme de paix, modeste et héroïque, bon et fraternel, italien de naissance et français de préférence, et vivant parmi nous", a conclu Max Gallo. La dépouille du soldat devait ensuite être inhumée, dans l'intimité, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Le président de la République Nicolas Sarkozy devait dévoiler dans l'après-midi une plaque à la mémoire de l'ensemble des combattants de la guerre de 1914-1918 sous le Dôme des Invalides, et prononcer un discours à cette occasion. Les drapeaux à l'Elysée et de l'ensemble des bâtiments publics français étaient en berne. Nicolas Sarkozy avait demandé une minute de silence à 11h qui devait être observée dans les services publics.

 



Hommage à Lazare Ponticelli, dernier légionnaire garibaldien de la Grande Guerre


livre-lazare-ponticelli.jpgAuteur : Philippe Guyot | Fabienne Mercier-Bernadet | Raymond Muelle | Clément Ragot

Date de saisie : 01/02/2008

Genre : Histoire

Editeur : Esprit du livre éditions, Seichamps, France

Collection : Histoire & mémoires combattantes

Prix : 20.00 € / 131.19 F

ISBN : 978-2-915960-23-5

GENCOD : 9782915960235

Sorti le : 05/12/2007


 

La présentation de l'éditeur

Il est l'un des deux poilus rescapés de la première boucherie du XXe siècle. Lazare Ponticelli, né à Bettola, en Emilie-Romagne, qui vient de célébrer ses cent dix ans, s'est engagé dans la Légion étrangère à seize ans pour servir le pays qui l'avait accueilli...

C'est à l'âge de dix ans que, seul, Lazare Ponticelli rejoint la France, le «paradis» dont il a tant entendu parler, pour fuir la misère de sa province d'origine. Son jeune âge le contraint à se contenter de petits boulots jusqu'à la déclaration de guerre. Il a alors seize ans. Trichant sur son âge, celui qui souhaite se battre pour cette France dont il a fait sa patrie de coeur s'engage dans la Légion étrangère. Il est affecté au 4e régiment de marche du 1er étranger, constitué le 5 novembre 1914, composé exclusivement de volontaires italiens (les garibaldiens) et placé sous le commandement du lieutenant-colonel Giuseppe Garibaldi. Avec son bataillon, Lazare Ponticelli s'illustrera notamment dans les combats meurtriers en Argonne.
La «légion garibaldienne» est dissoute le 5 mars 1915. Lazare est contraint de regagner l'Italie, pour se battre avec les Alpini contre les Autrichiens dans le Tyrol, suite à l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de l'Entente. Ce n'est qu'en 1920 qu'il est démobilisé et peut enfin regagner Paris.
Avec ses deux frères, Céleste et Bonfils, l'ancien petit ramoneur fonde, en 1921, l'entreprise Ponticelli Frères, qui se spécialise dans le montage et l'entretien des cheminées d'usines. Seule la période de l'Occupation ralentira le développement de la société. Ponticelli Frères, qui a diversifié ses activités, emploie aujourd'hui plus de trois mille personnes sur ses chantiers, en France et à l'étranger, et jouit d'une dimension internationale.
Les auteurs

Le chef de bataillon (H) Raymond Muette, le lieutenant-colonel Philippe Guyot, Clément Ragot et Fabienne Mercier-Bernadet rendent un hommage collectif à Lazare Ponticelli et au parcours extraordinaire de cet Italien qui rêvait de devenir français.

 


 

Les premières lignes

Extrait de l'introduction :

Dimanche 9 décembre 2007.
Cent dix printemps. Mais aussi cent dix hivers.
Des hivers où, en Emilie-Romagne, sa province natale, la fin tenaille même les plus audacieux. Des hivers à attendre que la France devienne le paradis auquel le garçonnet a tant rêvé. C'est seul, alors qu'il a dix ans, qu'il prend la route, avec aux pieds les chaussures qu'il a lui-même confectionnées, pour trouver un refuge dans ce paradis dont il a tant entendu parler... Des hivers où, abandonnés par les siens, il ne peut compter que sur lui-même. Des hivers dans les tranchées à côtoyer la mort, que ce soit en Argonne contre les Allemands, dans les rangs de la Légion étrangère, ou aux côtés des Alpini, face aux Autrichiens. Des hivers sur les échafaudages, pour que prenne corps le projet d'une société de frères, les Ponticelli. Des hivers tellement longs !

C'est ce cent dixième anniversaire - un âge qui impose le respect - que célèbre aujourd'hui Lazare Ponticelli, entouré de sa famille et de ses amis, dans le Grand Salon de l'Hôtel national des Invalides.
Une salle prestigieuse pour un hôte qui ne l'est pas moins.
Ils sont venus nombreux pour l'honorer.
Le général Dary, gouverneur militaire de Paris, le général Pichot de Champfleury, qui a succédé au général Dary à la tête de la Légion étrangère, le général Rideau, président de la FSALE, la Fédération des sociétés d'anciens de la Légion étrangère, pour ne citer qu'eux.
Certains des invités ont fait le chemin depuis l'Italie, comme le maire de Bettola, commune dans laquelle est né Lazare, mais aussi des représentants des Alpini, parmi lesquels il s'est battu à partir de 1915, contre les Autrichiens.
Tous ont tenu à rendre hommage au symbole, à ce héros ordinaire. Car il ne doit qu'à son âge canonique d'être ainsi l'objet de toutes les attentions. En effet, la Grande Guerre et les Poilus qui y ont laissé leur peau ne font plus recette, hormis dans les écoles - et encore ! - où cette première guerre mondiale est au programme. Il n'est qu'à voir la place que leur consacrent les journaux télévisés ou la presse ! Depuis quelques années déjà, ils peuvent espérer, au mieux, faire l'objet d'un sujet à l'occasion des commémorations du 11-Novembre, au pire, faire la une le jour de leur décès. Comme en Argonne ou à Verdun, l'horizon est bouché.
Il est à craindre que demain, si nous n'y prenons garde, en même temps que s'éteindront ses derniers témoins, la première guerre mondiale disparaisse des mémoires. C'est l'objet de cet ouvrage : un pied-de-nez à l'oubli qui nous gagne tous, qui fait du temps son allié.
Lazare Ponticelli n'est-il pas l'un des deux rescapés de la première boucherie du XXe siècle ? le premier conflit total, dans lequel tous sont engagés, volontaires ou non, jusqu'aux femmes sollicitées pour soutenir «l'effort de guerre». Une guerre totale dont le nombre de victimes parle de lui-même. Des hommes enterrés dans des tranchées de boue, côtoyant chaque jour la «fossoyeuse» qui emporte leurs copains. Qui attendent la nuit pour souffler, se demandant si ce n'est pas la dernière...








Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe G 14/03/2008 07:21

Lazare PONTICELLI, le dernier des Garibaldiens de 14. Un hommage des Garibaldiens sera rendu aux Invalides .
Siège de l'Association National des Garibaldiens et Résistants Engagés volontaires Etrangers.
20 de la rue des Vinaigriers
75010 PARIS

Accueil

bouton-retour.gif

Cliquez pour partager cet article

plus largement sur le web. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les bonnes adresses

CONSEIL : Lorsque vous souhaitez contacter l'un des membres de cette liste, utilisez ses coordonnées et non celles du blog !

 


Les Vinaigriers

 

Entre deux - Fast Good - 63 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Atelier Porte-Soleil - 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Résidence Magenta - Maison de retraite - 54/60 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

La page blanche - Papeterie et imprimerie - 53 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

SOFT HÔTEL - Hôtel - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Michelle Sauvalle - Perles de verre et verre soufflé - 51 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

IEC REPRO - Reprographie, plans, PAO - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La paella - Restaurant - 50 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Zigouzis - Bijoux de créateurs, jouets, trouvailles - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 
DESIDERO - Bijoux argent - 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA TAVERNE DE ZHAO - Restaurant de spécialités Xi'an - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Halley Erik - Plumassier brodeur - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

Pharmacie du Canal Saint-Martin - 44 rue des Vinaigriers/38 rue Lucien Sampaix 75010 Paris   


CHEZ FAFA - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris


KOCAN-LEPOUTRE & LEVAYANC - Kinésithérapeutes - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

L'agneau doré - 44 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Les deux singes - Restaurant - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris  
 

Cinquièmes cordes - agent et producteur artistique - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

TRAFFIC - montage image et mixage son - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 


VERONIQUE NORDEY - Formation de l'acteur - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Anne Cahen - Décoratrice d'intérieure - 41 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

O'39 - Restaurant - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Boulangerie Patisserie B TH Martin - Artisan boulanger - 39 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Arts-Immobilier - Agence immobilière - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

ISABELLE - Confection féminine - 38 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La compagnie Turbul - Arts de rue - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Poursin - spécialiste de la boucle en laiton - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

PICCOLI CUGINI - Restaurant Italien - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris


LA FABRIQUE A GÂTEAUX - Pâtisserie - 34 rue des vinaigriers 75010 Paris  


LAURENCE MARGOT - Illustratrice - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Franprix - supermarché - 31/33 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Philippe le libraire - 32 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

MA-LICE - illustratrice, créatrice, 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

VikArt Studio / Self Color - Laboratoire Photo - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

LOFT DESIGN BY  - Vêtements et accessoires - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

PACIFIC PARQUET - Baignoires, parquets et maisons en bois - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris  

 

KANN DESIGN  - Mobilier et luminaires - 28 rue des Vinaigriers 75010 Paris

  

La piñata - Tout pour faire la fête - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

   

TOTUM - Produits d'Amérique du Sud - 23 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

TOBORE - Restaurant africain - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

CAFE CRAFT - Cyber Café des travailleurs indépendants - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LES GARIBALDIENS - Association - 20 rue des Vinaigriers 75010 Paris


RENE PETILLON - BD et illustration de presse - rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LUCE - chanteuse - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA BAÏTA - Maroquinerie - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

SONIA DUBOIS - comédienne - quelque part dans le quartier

 

Tous autres les professionnels de la rue des Vinaigriers

 

 

Les « anciens » Vinaigriers

 

La petite façon - Linge de lit bébé - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Comme une fleur/La galerie végétale - Fleuriste, galerie - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris

 

Santa Sed - FERME !!! - 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris   


Nad Look - Coiffeur-Coloriste - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris 

 

LE BISTROT DES FAUBOURGS - Restaurant - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Lady Fitness - Club de gym pour femmes - 47 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Marco Polo de Paris - articles de voyage et de maroquinerie - 30 rue des Vinaigriers 75010 Paris


Les voisins des Vinaigriers, à deux pas...


 

LE MANOIR HANTE - Sensations - 18 rue de Paradis, 75010 Paris 

 

LA BIDOUILLE - commerce équitable & ateliers pour enfants - 13 rue des Récollets, 75010 Paris

  

POTERIE ET COMPAGNIE - céramique à la vente et animation - 3 cité Riverain, 75010 Paris


BOB'S JUICE BAR - bar bio et végétarien -15 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

 

PETITS PLIS - Bijoux Origami - Rue des Recollets, 75010 Paris

 

LE TAMANOIR EST BLANC - Pâtissier-traiteur - 71 rue du Fb St Martin, 75010 Paris


YAZOUE - Coiffure « studio » à domicile - 75010 Paris


Ailleurs dans le 10ème


Par ici les sorties

 

Les lieux culturels du 10ème

 

Toutes les pharmacies du 10ème  


Squares, parcs et jardins  


Par ici la baignade


 

Vos infos sur le blog ?

C'est ici !
email.jpg

A ne pas manquer !

mon-blog-se-nourrit-de-vos-commentaires-150.png