Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 03:50
Vendredi 25 avril, peu avant 20 h, rue des Vinaigriers... Le beau temps signe le rendez-vous des habitants, des passants et des touristes joyeusement mêlés aux terrasses des cafés. Soudain, des deux extrémités de la rue des Vinaigriers, des policiers surgissent au pas de course et convergent vers un immeuble discret. Le temps d’un battement de paupière, la rue des Vinaigriers et bloquée à la circulation et aux passants de la pharmacie jusqu’au Canal.

Que se passe-t-il ? D’une terrasse à l’autre, les rumeurs circulent : tournage de film ? Arrestation de dealer ? Entraînement des forces de l’ordre ? Arrestation du suspect dans le meurtre de Susanna Zetterberg le 19 avril dernier ? C’est cette dernière hypothèse que confirme rapidement le ban de journalistes, arrivé rue des Vinaigriers à la suite des policiers.

 

Stupeur et tremblements chez les Vinaigriers

 

De chez Philippe le libraire, en pleine réception (Nine Antico & Fanny Dalle-Rive), à Zigouzis, qui ouvre le vendredi en nocturne, on colmate le malaise sous une petite dose d’humour noir : rarement autant de badauds n’ont simultanément fixé notre petite rue du regard ! 


Beaucoup évoquent Susanna Zetterberg, morte dans d’horribles circonstances dont il reste beaucoup à apprendre. Des silences éloquents émaillent les conversations qui traînent en longueur. On ne sait pas bien si on frissonne parce qu’il commence à faire frais ou si on vient de mesurer l’horreur d’avoir peut-être côtoyé un homme qui nous semblait « comme tout le monde ».

 

Les enquêteurs de la brigade criminelle étaient « convaincus à 90% de tenir le suspect »

 

Une semaine après la découverte du corps de l'étudiante suédoise Susanna Zetterberg, la mobilisation massive de la police judiciaire a conduit hier après-midi les enquêteurs sur une première piste sérieuse et à l’interpellation à Bougival (Yvelines) hier à 16 heures d’un homme de 51 ans dont le comportement et le passé judiciaire ont sérieusement éveillé les soupçons :


  • Fait troublant quant au crime commis, le casier judiciaire de ce Parisien de 51 ans porte la trace d'une condamnation pour viol en 1989 pour laquelle il serait resté en détention jusqu'en 1999.

  • Les fichiers de police montrent qu'il a déjà été interpellé pour exercice illégal de la profession de chauffeur de taxi. Il aurait donc été surpris comme « faux taxi » dans les rues de la capitale alors qu'officiellement, sa profession était celle de chauffeur pour une entreprise privée, activité ne lui offrant pas de licence de taxi…

  • Il semble que l'individu a de surcroît été surpris quelques instants après avoir déterré un objet dans un bois de la région parisienne. Il s'agirait de vêtements qu'il aurait ainsi cherché à dissimuler.

 

L’odeur nauséabonde du Talion

 

La perquisition menée chez le suspect a duré quatre heures, de 20 h 00 à minuit, vendredi soir à son domicile de la rue des Vinaigriers afin d'étayer ces « recoupements » qui « relèvent de l'identité judiciaire » et concernent des empreintes, génétiques notamment « mais pas seulement ».


A sa sortie très « encadrée » de l’immeuble, menotté et visage caché sous une veste, la foule s’agite de nouveau, chacun exprimant à sa manière les émotions suscitées par l’évènement : un mélange d’incompréhension, de soulagement, de colère et d’interrogations. Soudain une phrase domine le bruissement des vois mêlées : « Pas besoin de l’arrêter ce mec, y’a qu’à le mettre à la chaise tout de suite ».


Une phrase qu’on croyait amenée à disparaître depuis Badinter. No coment...


Dominant silencieusement le brouhaha de la foule, plane pour longtemps le souvenir de Susanna, jeune étudiante suédoise à la vie férocement volée. Les habitants du quartier ont une pensée émue pour la jeune fille, pour tout ceux qui l’aimaient, pour ses parents...

 

Coup de chapeau aux forces de police qui ont su coordonner leurs efforts pour arrêter ce suspect. Coup de calcaire à propos de la presse et des badauds de retour au pied de l'immeuble au lendemain de l'opération. S'il y a beaucoup à voir rue des Vinaigriers, riche du travail de ses créateurs, de ses artistes et de ses artisans et de l'ambiance "villageoise" qui y règne, l'immeuble du suspect n'a quant à lui rien de remarquable et il convient de respecter l'intimité de ses habitants.

 

____________________________


 

On connaît aujourd'hui l'identité du suspect, Bruno Cholet, qui n'a rien avoué mais autour duquel se resserre l’étau de la culpabilité grâce à un faisceau d'indices de plus en plus nombreux et macabres.

A la lecture du passé de cet homme (voir ci-dessous), on ne peut que s’interroger sur le manque criant de moyens mis en place pour détecter, soigner, prévenir les risques pour eux-mêmes et pour autrui de malades tels que lui.

Sans que cela n’excuse en rien ses actes, cet homme a souffert avant de faire souffrir. Sa part d’humanité a sans doute été tuée avant qu’il ne tue lui même.

J’ai lu quelque part « qu’il était scandaleux que son incarcération coûte plus cher à la société que l’hospitalisation d’un malade ». Mais C’EST un malade. Et il n’a pas été pris en charge à hauteur de ce qu’il aurait fallu mettre en place avant de commettre ses nombreuses agressions. Et il risque sans doute de ne plus jamais l’être...

Trop tard pour Susanna ; trop tard pour les autres jeunes filles agressées ; trop tard pour lui qui aurait pu devenir un homme parmi les hommes.

  28 avril 2008

 

 

Bruno Cholet, 51 ans, mis en examen dimanche pour le meurtre de Susanna, l'étudiante suédoise de 19 ans retrouvée morte en forêt de Chantilly (Oise), est un délinquant sexuel multirécidiviste "emblématique" qui a passé la majeure partie de sa vie en prison.

"J'ai 32 ans, et plus de dix-sept ans de prison ", avait-il dit, le 1er mars 1989, devant la cour d'Assises de Versailles (Yvelines).

Il comparaissait alors pour deux viols commis en 1983, dont celui d'une fillette de 12 ans "dans des conditions traumatisantes".

Cholet, à cette époque, affichait déjà de lourdes condamnations judicaires pour des faits similaires depuis 1976.

Bruno Cholet avait été condamné devant cette juridiction à dix-huit ans de réclusion criminelle assortis d'une peine de sûreté de douze ans.

Son interrogatoire de personnalité durant ce procès reflète bien son caractère, selon les enquêteurs de la brigade criminelle qui l'ont interrogé sur le meurtre de Susanna.

C'est un "délinquant d'habitude rompu aux arcanes de la justice et de la police", disent-ils, un "dur à cuire" et un "multirécidiviste emblématique" de ce type de délinquance.

Né en 1957 à Epernay (Marne), Cholet a connu sa première condamnation à 15 ans: dix-huit mois de prison ferme pour un vol à main armée.

En 1978, il avait aussi écopé de six ans de réclusion criminelle par la Cour d'Assises de mineurs de Versailles pour un viol commis en août 1976.

Petit homme rond aux lunettes cerclées de métal, Cholet n'avait pas à cette époque, - et "n'a toujours pas aujourd'hui", selon la Criminelle -, un physique de dur.

Devant les assises de Versailles, il avait évoqué son "enfance tumultueuse" et ses séjours en quartier de haute sécurité (QHS) sous les verrous.

"J'étais un enfant caractériel", avait-il dit lorsque le président l'avait interrogé sur ses placements successifs chez des nourrices, dans des hôpitaux psychiatriques pour enfants ou des foyers de l'Education surveillée.

- "Qu'est-ce qu'un enfant hypernerveux ?", lui avait demandé le président.

- "Un enfant mis sous camisole de force à l'âge de cinq ans", avait répondu Cholet. "Affection zéro, compréhension zéro, dialogue triple zéro mais je n'en veux pas à mes parents".

Adolescent, il s'est prostitué à Paris et sur la Côte d'Azur pour "subvenir à ses besoins", puis a commis des vols à main armée, alternant fugues et incarcérations, selon lui.

En 1990, il a fait reparler de lui. En tant que victime dans le milieu carcéral où les violeurs d'enfants ne sont pas bien vus.

Le tribunal correctionnel de Versailles avait condamné un voyou de 34 ans qui avait poignardé deux détenus à la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy (Yvelines). Dont Cholet. "Ils me faisaient des avances", avait dit le voyou.

Selon la Criminelle, Cholet était encore en prison "il y a quelques mois" avant d'être interpellé vendredi comme auteur présumé du meurtre de Susanna.

"Cholet a tué", ont dit les enquêteurs, "il a franchi un cap et s'est enfermé dans une spirale qui pouvait aller très loin s'il n'avait pas été arrêté".

Par Rémy BELLON

 

 

 

Quelques pistes de reflexion...

 

 

Traitement des délinquants sexuels

Les crimes à caractère sexuel, plus que tout autre type de crime, engendrent la peur et la colère dans la société. Malheureusement, les médias ont tendance à ne pas tout dire à propos des traitements et des possibilités de réadaptation offerts aux délinquants sexuels. Les recherches ont montré que la plupart des délinquants sexuels ne sont pas condamnés de nouveau pour une infraction sexuelle après avoir purgé leur peine et suivi les traitements.

La clé ? L'évaluation

Les responsables des services correctionnels doivent évaluer adéquatement les délinquants sexuels afin de déterminer quels programmes de traitement leur conviendront le mieux. Tous les délinquants sexuels ne présentent pas le même risque de récidive. On doit tenir compte de certains facteurs, dont les infractions sexuelles antérieures, le choix de la victime, et si le délinquant a déjà été marié ou non. Dans le processus d'évaluation, on examine également les expériences de vie de chacun des délinquants et on tient compte de leur constitution psychologique.

Les délinquants sexuels sont évalués tout au long de leur peine. Les responsables des services correctionnels surveillent alors les délinquants une fois retournés dans la collectivité et ils se tiennent à l'affût de tout signe pouvant révéler des risques de récidive qui mettraient la société en danger. Les outils d'évaluation dont disposent ces employés leur permettent de distinguer les délinquants qui se réadaptent bien dans la collectivité de ceux qui sont sur le point de commettre une nouvelle infraction sexuelle.

Le traitement est efficace

Tous les délinquants sexuels ne devraient pas être traités de la même façon. Le type de crime ainsi que les facteurs personnels devraient déterminer le traitement à entreprendre.

La recherche a montré que les traitements offerts aux délinquants sexuels améliorent vie de chacun. Les délinquants sexuels qui suivent un traitement sont moins portés à récidiver que ceux qui n'en suivent pas, soit 17 p. 100 contre 10 p. 100 chez les délinquants ayant suivi un traitement.

La plupart des délinquants sexuels ne commettent pas d'autres crimes à caractère sexuel.

Les différents types de crimes à caractère sexuel sont liés à différents niveaux de risque de récidive. C'est pourquoi il est particulièrement important d'évaluer les délinquants sexuels; les programmes de traitement offerts doivent correspondre à leur niveau de risque et à leur style d'apprentissage. Ces programmes mettent l'accent sur la nécessité, pour ces délinquants, d'assumer la responsabilité de leurs actes et de reconnaître les comportements qui les ont menés à commettre ces infractions. Les délinquants doivent apprendre à déterminer dans quelles situations ils sont plus à risque de récidiver, et élaborer des stratégies pour composer avec ces situations.

Les délinquants sexuels ont plus de chances de se réadapter avec succès dans la collectivité, s'ils sont surveillés après leur peine d'emprisonnement.

Effet global des traitements sur le pourcentage de récidive






Les traitements offerts dans la collectivité

Dans la collectivité, les délinquants sexuels peuvent participer à des programmes de suivi, qui renforcent le traitement obtenu et aident le personnel à surveiller le niveau de risque du délinquant. De plus, ces programmes permettent aux délinquants de développer des techniques de maîtrise de soi.


http://www.ps-sp.gc.ca/prg/cor/acc/ff6-fra.aspx

Qui sont les agresseurs sexuels ?

 

Longtemps considérés comme des pervers incurables, les agresseurs sexuels ont été de plus en plus lourdement condamnés à des peines de prisons. Face à l'évidence que l'enfermement ne résout pas tout, la France s'engage difficilement dans la prévention. Portrait de ces criminels et de leur prise en charge.

 

Les premiers résultats seront disponibles d’ici trois ans, à cause du temps consacré au recrutement des 48 "patients". "Les candidats seront d’anciens détenus, principalement des pédophiles qui ont été condamnés pour des infractions sexuelles et pour qui le traitement psychologique n’a pas fonctionné. En dehors du cadre carcéral, ces personnes assujetties à un suivi socio-judiciaire avec injonction de soins devront avoir reçu une information orale et écrite, avant d’adhérer volontairement à l’étude. Durant cette étude, les délinquants ne seront pas exemptés des contrôles judiciaires" déclare le Ministre.


Sous le contrôle d'un comité d'éthique, cette étude en double aveugle (ni le délinquant ni le docteur ne sauront quel médicament est testé) pourra aboutir à une autorisation de mise sur le marché d'un traitement contre les récidives de délinquances sexuelles. Car actuellement si certains médecins y recourent déjà, ils le font en dehors du cadre réglementaire (à leurs risques et périls) et l'associent toujours à un suivi psychologique. La nécessité de cette combinaison thérapeutique a longuement été soulignée par le Dr Stoléru.


Pas de solution miracle !


Le traitement chimique ne fera pas l’économie d’un suivi psychologique. Sa finalité est de pouvoir apporter une aide chimique aux délinquants incapables de réprimer leur libido, leurs pulsions sexuelles comme les violeurs récidivistes. "Testés dans plusieurs pays à travers différentes études, des traitements similaires ont permis de réduire le taux de récidive à 0 % après quatre ans, contre environ 16 % sans prise en charge" précise le Dr Stoléru, qui par ailleurs milite en faveur d’un suivi psychologique.


Attention cependant, il ne s’agit pas d’une solution miracle. Si le traitement chimique peut réussir à diminuer l’érection sans la supprimer, il ne modifiera pas les fantasmes et les représentations du criminel sexuel. Certains sceptiques avancent le cas exceptionnel de pédophiles chirurgicalement castré qui a récidivé… Ainsi Roland Coutanceau psychiatre expert auprès des tribunaux, la pédophilie est une pathologie de la relation humaine, qui ne saurait se régler grâce à une pilule "anti-récidive".


L'étude lancée en janvier prévoit en plus du traitement chimique un suivi psychologique et médical régulier. Le traitement chimique est plus considéré comme une béquille qui devra être couplée à une prise en charge psychologique, le temps que l'agresseur soit jugé capable de mener sa sexualité avec une partenaire adulte consentante.


David Bême





 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vanessa 25/05/2015 19:17

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet, que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?
Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez.
La formation est livrée avec 600 000 ebooks et 7 vidéos.
Voici le lien: http://revenumensuel.com/

sylvie 28/04/2008 03:31

Je voulais dire "Mais pourquoi des gens pareils peuvent encore se retrouver dans la rue apres avoir deja comis tant d'horreur !!!" sans suivi médical et psychologique

sylvie 28/04/2008 03:29

Moi, j'ai envie de dire "Mais pourquoi des gens pareils peuvent encore se retrouver dans la rue apres avoir deja comis tant d'horreur !!!"

L'abolition de la peine de mort est bien ce qui démontre notre différence avec les grands malades que sont les serials killers... Ceci dit, l'enfermement qui rend totalement dépendant les prisonnier ne résoud rien... Aucune responsabilisation des individus... Pas de moyens médicaux. Pas de moyens psychologiques. Pas de moyens pour préparer la sortie. L'univers carcéral est une misère qui ne risque pas d'arranger ceux qui s'y retrouvent !

C'est aussi cela qu'il faudrait modifier, non ?

Stephane 28/04/2008 00:48

Mais pourquoi des gens pareils peuvent encore se retrouver dans la rue apres avoir deja comis tant d'horreur !!!
Cette jeune femme est morte parceque certain idealiste a 2 balles se sont battus pour que ce genre d'individu puisse ressortir de prison sous couvert des droits de l'homme...On ne lache pas un lion dans la rue parcequ'il est soit disant aprivoisé alors ce genre de tarés n'a rien a faire en dehors d'une cage a fauve...

Accueil

bouton-retour.gif

Cliquez pour partager cet article

plus largement sur le web. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les bonnes adresses

CONSEIL : Lorsque vous souhaitez contacter l'un des membres de cette liste, utilisez ses coordonnées et non celles du blog !

 


Les Vinaigriers

 

Entre deux - Fast Good - 63 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Atelier Porte-Soleil - 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Résidence Magenta - Maison de retraite - 54/60 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

La page blanche - Papeterie et imprimerie - 53 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

SOFT HÔTEL - Hôtel - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Michelle Sauvalle - Perles de verre et verre soufflé - 51 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

IEC REPRO - Reprographie, plans, PAO - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La paella - Restaurant - 50 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Zigouzis - Bijoux de créateurs, jouets, trouvailles - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 
DESIDERO - Bijoux argent - 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA TAVERNE DE ZHAO - Restaurant de spécialités Xi'an - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Halley Erik - Plumassier brodeur - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

Pharmacie du Canal Saint-Martin - 44 rue des Vinaigriers/38 rue Lucien Sampaix 75010 Paris   


CHEZ FAFA - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris


KOCAN-LEPOUTRE & LEVAYANC - Kinésithérapeutes - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

L'agneau doré - 44 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Les deux singes - Restaurant - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris  
 

Cinquièmes cordes - agent et producteur artistique - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

TRAFFIC - montage image et mixage son - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 


VERONIQUE NORDEY - Formation de l'acteur - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Anne Cahen - Décoratrice d'intérieure - 41 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

O'39 - Restaurant - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Boulangerie Patisserie B TH Martin - Artisan boulanger - 39 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Arts-Immobilier - Agence immobilière - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

ISABELLE - Confection féminine - 38 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La compagnie Turbul - Arts de rue - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Poursin - spécialiste de la boucle en laiton - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

PICCOLI CUGINI - Restaurant Italien - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris


LA FABRIQUE A GÂTEAUX - Pâtisserie - 34 rue des vinaigriers 75010 Paris  


LAURENCE MARGOT - Illustratrice - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Franprix - supermarché - 31/33 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Philippe le libraire - 32 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

MA-LICE - illustratrice, créatrice, 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

VikArt Studio / Self Color - Laboratoire Photo - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

LOFT DESIGN BY  - Vêtements et accessoires - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

PACIFIC PARQUET - Baignoires, parquets et maisons en bois - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris  

 

KANN DESIGN  - Mobilier et luminaires - 28 rue des Vinaigriers 75010 Paris

  

La piñata - Tout pour faire la fête - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

   

TOTUM - Produits d'Amérique du Sud - 23 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

TOBORE - Restaurant africain - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

CAFE CRAFT - Cyber Café des travailleurs indépendants - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LES GARIBALDIENS - Association - 20 rue des Vinaigriers 75010 Paris


RENE PETILLON - BD et illustration de presse - rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LUCE - chanteuse - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA BAÏTA - Maroquinerie - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

SONIA DUBOIS - comédienne - quelque part dans le quartier

 

Tous autres les professionnels de la rue des Vinaigriers

 

 

Les « anciens » Vinaigriers

 

La petite façon - Linge de lit bébé - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Comme une fleur/La galerie végétale - Fleuriste, galerie - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris

 

Santa Sed - FERME !!! - 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris   


Nad Look - Coiffeur-Coloriste - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris 

 

LE BISTROT DES FAUBOURGS - Restaurant - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Lady Fitness - Club de gym pour femmes - 47 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Marco Polo de Paris - articles de voyage et de maroquinerie - 30 rue des Vinaigriers 75010 Paris


Les voisins des Vinaigriers, à deux pas...


 

LE MANOIR HANTE - Sensations - 18 rue de Paradis, 75010 Paris 

 

LA BIDOUILLE - commerce équitable & ateliers pour enfants - 13 rue des Récollets, 75010 Paris

  

POTERIE ET COMPAGNIE - céramique à la vente et animation - 3 cité Riverain, 75010 Paris


BOB'S JUICE BAR - bar bio et végétarien -15 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

 

PETITS PLIS - Bijoux Origami - Rue des Recollets, 75010 Paris

 

LE TAMANOIR EST BLANC - Pâtissier-traiteur - 71 rue du Fb St Martin, 75010 Paris


YAZOUE - Coiffure « studio » à domicile - 75010 Paris


Ailleurs dans le 10ème


Par ici les sorties

 

Les lieux culturels du 10ème

 

Toutes les pharmacies du 10ème  


Squares, parcs et jardins  


Par ici la baignade


 

Vos infos sur le blog ?

C'est ici !
email.jpg

A ne pas manquer !

mon-blog-se-nourrit-de-vos-commentaires-150.png