Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 22:43
liberation ingrid betancourt

L'Elysée a confirmé à l'AFP mercredi la libération de l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, sans donner d'autre précision.

"Oui, Ingrid Betancourt a été libérée", a affirmé un haut responsable à l'Elysée.

"Le président de la République fera une déclaration aujourd'hui à 22H30 au Palais de l'Elysée", a par ailleurs annoncé le service de presse de la présidence, dans un communiqué.

La libération de l'otage a été annoncée de Bogota par le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos. Ce dernier a précisé qu'outre l'otage franco-colombienne, trois otages Américains et onze militaires colombiens ont été libérés par l'armée colombienne.


Le Monde


Découvrez Renaud!


 


 

REVUE DE PRESSE

 


 

L'armée colombienne libère Ingrid Betancourt et trois otages Américains


BOGOTA (AFP) — L'armée colombienne a libéré mercredi dans le sud-est de la Colombie l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, trois Américains et onze militaires colombiens détenus par la guérilla des Farc, lors d'une opération d'infiltration soigneusement planifiée.

Les otages, dont Ingrid Betancourt détenue depuis plus de six ans par les rebelles et les Américains Marc Gonsalves, Thomas Howes et Keith Stansell, ont été libérés au cours d'une opération héliportée de l'armée, a annoncé le ministre colombien de la Défense Juan Manuel Santos au cours d'une conférence de presse improvisée.

Onze militaires colombiens, principalement des officiers, ont également pu retrouver la liberté dans de cette opération menée dans la province du Guaviare, dans le sud-est de la Colombie, selon le ministre.

"Les otages ont été libérés lors d'une opération de l'armée au cours de laquelle il a été possible d'infiltrer le premier cercle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), celui qui a surveillé pendant les dernières années un important groupe d'otages", a expliqué M. Santos.

Comme les otages séquestrés étaient divisés en trois groupes, l'armée, invoquant grâce à ses agents infiltrés parmi les geôliers guérilleros un faux ordre d'Alfonso Cano, le nouveau chef des Farc, a obtenu que les otages soient regroupés "soi-disant toujours sur ordre de Cano" par leurs gardiens dans un lieu du sud du pays, selon le ministre.

"Puis un hélicoptère qui, en réalité, appartenait à l'armée nationale et avait à son bord des membres des services secrets, a libéré les otages dans le lieu de regroupement", a précisé M. Santos.

"César", le chef des geôliers rebelles, et ses guérilleros ont été immédiatement "neutralisés et les otages sont actuellement libres", a poursuivi M. Santos.

Un fonctionnaire de l'aéroport de San José du Guaviare, chef-lieu de la province, a indiqué à l'AFP au téléphone qu'il avait vu les otages descendre d'un hélicoptère et monter à bord d'un appareil de l'armée de l'air colombienne, qui devait partir pour Tolemaida, une base militaire du centre de la Colombie.

Peu après l'annonce de Bogota, la présidence française a confirmé la libération de l'otage franco-colombienne. "Oui, Ingrid Betancourt a été libérée", a déclaré un haut responsable à l'Elysée.

Le président français Nicolas Sarkozy "vient de s'entretenir longuement" avec son homologue colombien Alvaro Uribe, a indiqué un responsable de la présidence française.

Parmi les premières réactions des familles, Lorenzo Delloye, le fils d'Ingrid Betancourt s'est exclamé en apprenant à Paris la nouvelle: "C'est une immense joie, une joie indescriptible. je n'arrive pas à y croire".

"J'attends d'avoir ma mère au téléphone. Je n'arrive pas y croire", a-t-il poursuivi, affirmant attendre d'être "certain que c'est vrai".

Ingrid Betancourt, 46 ans, ex-candidate écologiste à la présidence de la Colombie, était retenue par la guérilla marxiste depuis plus de six ans.

Depuis Washington, le président George W. Bush a appelé son homologue colombien pour le féliciter et le remercier après la libération des 15 otages, dont les trois Américains, a annoncé la Maison Blanche.

Les trois otages américains, des sous-traitants recrutés par la département de la Défense, se trouvaient en mission de lutte contre la drogue à bord d'un avion du Commandement sud des Etats-Unis, qui a dû se poser à la suite d'une défaillance mécanique dans une zone contrôlée par les Farc, le 13 février 2003, où ils ont été capturés par les rebelles.

A Madrid, le gouvernement a exprimé son "énorme satisfaction" à la suite de l'annonce de ces libérations.

A Rome, le porte-parole du Vatican s'est félicité de la remise en liberté de l'otage franco-colombienne, évoquant "une bonne nouvelle" et "un signe positif pour la liberté de tous les otages" ainsi que pour "la réconciliation" en Colombie.


Détails de la libération


C’est une véritable surprise qui a été dévoilée par le ministre colombien de la défense : Ingrid Bétancourt est libre !

C’est un véritable coup de poker que l’armée colombienne a réussi à réaliser. En effet, alors que la France avait toujours prôné la voie diplomatique, invitant Alvaro Uribe à dialoguer avec les FARC, la libération d’Ingrid Bétancourt serait due à un gros coup de bluff de l’armée colombienne, qui aurait infiltré la guérilla colombienne en se faisant passer pour une ONG.

Les réactions sont nombreuses et nous proviennent de tout côté.

Hervé Marro, le porte-parole du Comité de Soutien d’Ingrid Bétancourt indiquait avoir reçu un coup de téléphone ce matin provenant de l’administration colombienne qui aurait effectué un « contrôle de routine » des numéros de téléphone de la famille d’Ingrid. Coïncidence étonnante, quand on sait qu’aucun contrôle n’avait été effectué durant ces six ans de captivité.

François Bayrou, qui s’exprimait sur France 2, a déclaré qu’il fallait « tirer un coup de chapeau » à Alvaro Uribe pour le succès de l’opération.

L’Assemblée Nationale tout entière, qui était entrain d’étudier le projet de loi sur les 35h, a manifesté sa joie par une longue salve d’applaudissement.

La famille d’Ingrid est actuellement entrain de rencontrer Bernard Kouchner et Nicolas Sarkozy qui devrait s’exprimer incessamment sous peu sur le perron de l'Elysée.

Ingrid Bétancourt serait actuellement sur base militaire, située à 500km de Bogota.

 

 

Le Mercredi 2 juillet 2008 à 23:20
Écrit par Bourriquet

 

Le président colombien confirme à Nicolas Sarkozy

la libération d'Ingrid Betancourt

AP | 02.07.2008 | 23:03

Le président colombien Alvaro Uribe a confirmé à son homologue français Nicolas Sarkozy la libération de l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, a annoncé mercredi soir l'Elysée.

Lors d'un entretien téléphonique, M. Uribe a précisé à M. Sarkozy qu'Ingrid Betancourt se trouvait actuellement sur une base militaire, à une centaine de kilomètres de la capitale colombienne Bogota, a précisé la présidence de la République française.

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et la soeur de l'ex-otage Astrid se trouvaient mercredi soir dans le bureau de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, a-t-on appris sur place. Mélanie et Lorenzo, les enfants de la Franco-Colombienne, y étaient également attendus.

AP

 

 



"Elle pouvait dire à un président : vous êtes un délinquant et un voleur". Ce commentaire de sa mère Yolanda résume en quelques mots la personnalité d'Ingrid Betancourt : une femme de caractère et de conviction, inflexible sur ses positions, malgré les dangers encourus. Tous ceux qui la connaissent utilisent peu ou prou les mêmes qualificatifs. Même son bourreau des Farc, Raul Reyes. "Madame Ingrid n'est pas toujours très facile à vivre", affirmait cyniquement le numéro 2 de l'organisation, qui était chargé de garder le plus précieux otage de la guérilla.
 
Cette personnalité et cette volonté de faire bouger les choses dans une Colombie gangrénée par les cartels de la drogue et la rébellion marxiste des Farc, Ingrid Betancourt, née en 1961, l'a construite dès son enfance. Un père ministre et diplomate, une mère sénatrice : il y avait de quoi être gagnée par le virus de la politique. Ses camarades du lycée français de Bogota, où se retrouvaient les enfants de bonne famille, se souviennent ainsi d'une adolescente "chef de bande".
 
"Présidente de la République"
 
Après quelques séjours en France dans le sillage de sa famille, elle s'installe à Paris pour faire ses études à Sciences-Po. Ambassadeur de Colombie à l'Unesco, son père l'introduit alors auprès de nombreuses personnalités. Surtout, à peine âgée de 18 ans, la "chef de bande", déterminée et dotée d'une ambition sans faille, voit très loin : "Un jour, je lui ai demandé ce qu'elle comptait faire de sa vie plus tard, elle m'a répondu : 'si je le peux, présidente de la République dans mon pays'. Au début, je pensais que c'était une blague !" expliquait en août 2007 à LCI.fr Fabrice Delloye, son premier mari. Dès leur rencontre, de dix ans l'aîné d'Ingrid, il est frappé par "la maturité et l'esprit extrêmement vif de cette jeune fille".

Après avoir obtenu son diplôme de Science-Po - elle parle un français sans accent -, Ingrid suit son époux à l'étranger - le couple s'est marié en 1981. Mélanie naît en 1986, puis vient Lorenzo en 1989. Mais le bonheur familial ne comble pas cette femme qui souhaite déplacer des montagnes. "Ingrid éprouvait une certaine lassitude à n'être qu'une femme au foyer, il lui fallait plus. Elle aime mener. Il fallait qu'elle se sente utile", se souvient Fabrice Delloye.

"Elle est devenue rapidement dérangeante"

Le déclic vient en 1989. Sa mère Yolanda fait alors campagne avec le chef du parti libéral, pourfendeur de la corruption ambiante. Mais Luis Carlos Galan est assassiné, avec Yolanda à ses côtés. C'est le tournant de la vie d'Ingrid. Elle divorce et décide de rejoindre sa mère et de se battre avec elle pour la Colombie. Avec le recul, Fabrice Delloye concède qu'Ingrid "se sentait investie d'une mission : changer les choses dans son pays".

De retour à Bogota, la carrière politique d'Ingrid Betancourt prend vite forme. Elle entre rapidement au ministère des Finances. Elle y découvre avec effarement l'ampleur de la corruption. Elle en fait son cheval de bataille. Et se crée rapidement de nombreux ennemis. "Je crois trop en ce que je fais pour que même le risque de la mort puisse m'arrêter", dit-elle, malgré les menaces. "Elle a toujours été dérangeante, mais en Colombie, elle l'est devenue très rapidement", souligne Fabrice Delloye. En 1994, elle mène sa première campagne électorale en allant jusque dans les quartiers les plus dangereux de la capitale ou en distribuant des préservatifs avec comme slogan : "Ingrid, le combat contre le sida de la corruption". Le succès est au rendez-vous : elle est élue députée avec un score qui étonne tous les observateurs.

"Très bonne mère"

Outre sa vie publique, elle doit aussi gérer en parallèle ses enfants. Dans un premier temps, Mélanie et Lorenzo la suivent à Bogota après le divorce. Pendant deux ans, ils font l'aller-retour entre la France et la Colombie, jusqu'au moment où Fabrice Delloye décide de les rejoindre. "Ingrid voulait mener les choses, et elle a réussi ! Avant notre séparation, je ne voulais et ne pouvais pas la suivre. Et finalement, c'est ce que j'ai fait pour être près de mes enfants !" Fabrice Delloye reste cinq ans en Colombie. Pendant ce temps, les enfants doivent à deux reprises se réfugier en France chez leurs grands-parents paternels car ils sont en danger en raison des activités de leur mère.

En 1996, la décision est prise : par mesure de sécurité, ils partent vivre avec leur père en Nouvelle-Zélande. "C'était une très bonne mère, attentive, exigeante, ouverte au dialogue, mais elle culpabilisait d'avoir choisi une carrière politique qui l'avait éloignée de ses enfants", se souvient Fabrice Delloye. Pour combler le manque, la famille innove : "On était dans les premiers à utiliser des webcams. Ingrid adorait voir les enfants sur l'écran. Et elle faisait attention à tout : une fois, ils étaient en Nouvelle-Zélande chez des amis, et elle s'est aperçue que Lorenzo avait une allergie. Elle était à des milliers de kilomètres, mais elle a remué ciel et terre pour qu'il soit soigné immédiatement".

Elue deux fois

Coincée entre la politique et son rôle de mère, Ingrid refait également sa vie sentimentale. Passionnée d'équitation, elle se rend régulièrement dans un club. En 1994, elle y rencontre Juan Carlos Lecompte, qui deviendra son futur mari. Interrogé par LCI.fr en août 2007, ses propos rejoignaient ceux de Fabrice Delloye : "Ingrid, c'est une personne sincère, elle ne tourne jamais autour du pot et elle sait ce qu'elle veut".

Publicitaire à Bogota, Juan Carlos Lecompte est surpris par "la manière dont Ingrid parle aux gens, peu importe leur milieu, elle tient toujours le même discours".  Mais le combat politique est alors bel et bien devenu la priorité d'Ingrid. "Sa vie, c'était 50/50. 50 % pour la Colombie, 50% pour la famille", indique Juan Carlos Lecompte. Mais quand il repense à sa vie de couple, il reconnaît qu'"Ingrid n'avait pas une minute. Elle était constamment occupée".

Pendant son mandat de député, Ingrid Betancourt multiplie les enquêtes et remonte jusqu'au président lui-même. Alors que le procès ne donne rien, elle entame une grève de la faim dans les couloirs du Parlement. Evidemment, cela ne change rien à l'affaire, mais le message est passé dans la population. En 1998, elle crée son propre parti, Oxygène Vert, et remporte une nouvelle victoire électorale, au Sénat cette fois, avec en prime le meilleur score du pays. Mais elle ne tarde pas à qualifier l'institution de "nid à rats".  Malgré les menaces à son encontre -elle a échappé à au moins deux attentats -, son objectif est désormais clair : la présidentielle de 2002, comme pour faire écho aux propos lancés à Fabrice Delloye vingt ans auparavant à Sciences-Po.

23 février 2002 : de l'inconscience ?

Début 2002, malgré ses bons scores lors de ses élections comme députée puis sénatrice, les sondages lui prédisent pourtant des intentions de vote assez faibles. Beaucoup de Colombiens lui reprochent notamment d'avoir publié son autobiographie La rage au cœur en français avant la version espagnole. Elle est surtout brocardée pour son ambition, qualifiée de démesurée.  "Elle n'est entrée dans l'écologie que par opportunisme", affirment ses détracteurs, en rappelant par exemple qu'elle s'est opposée au droit à l'avortement.

Arrive le 23 février. Malgré les avertissements des autorités, elle  décide de se rendre  à San Vicente del Caguán, une zone contrôlée par la rébellion, en parallèle à un déplacement du président Pastrana. Celui-ci devait y lancer une opération militaire après l'échec des pourparlers avec les Farc. Quelques jours auparavant, elle avait rencontré, accompagnée de caméras de télévisions, les chefs de la guérilla pour leur reprocher de financer leur lutte par le trafic de cocaïne, les enlèvements et l'extorsion de fonds.

Face au danger, l'audacieuse Ingrid Betancourt a-t-elle fait preuve d'inconscience en voulant tenter un coup médiatique ? C'est LA question, qui, pendant les six ans de sa détention, fera polémique. Les deux hommes de sa vie refusent cette version. "Les médias l'attendaient, elle avait tellement combattu, pour une autre politique plus honnête avec des promesses qui se traduisaient en actes, qu'elle ne pouvait pas rester là sans y aller", note Juan Carlos Lecompte. Fabrice Delloye renchérit : "Certes, de multiples barrages ont tenté de l'arrêter. Mais si l'armée ne voulait pas qu'elle y aille, les militaires n'auraient pas dû lui fournir la voiture". Quoi qu'il en soit, les Farc profitent de l'occasion et enlèvent la candidate. Trois mois plus tard, elle obtiendra malgré tout 0,5% des voix à la présidentielle.

Tentatives d'évasion

Dans la jungle amazonienne, Ingrid Betancourt n'est alors qu'un otage parmi les autres - on estime le chiffre global à environ 800 détenus. Mais la mobilisation politique et médiatique mise en place en France et Europe grâce aux relais de sa famille vont la transformer en symbole et attirer l'attention internationale sur le conflit qui oppose le gouvernement colombien aux rebelles depuis plus de 30 ans. Paradoxalement, en Colombie même, sa détention émeut beaucoup moins, conséquence de ses prises de position tranchées et de sa personnalité sans concession.

Pendant six ans, les informations qui filtreront sur sa détention confirmeront, que, même dans des conditions dramatiques, Ingrid Betancourt a conservé cette forte personnalité. Outre les déclarations de Raul Reyes, d'autres otages, libérés entre-temps, ont par exemple expliqué qu'elle leur avait été d'un soutien moral sans faille et qu'elle avait multiplié les tentatives d'évasion. En mars 2008, elle aurait même entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention. La rage au cœur était le titre de son autobiographie écrite en 2001. Il sonnait aussi comme une prémonition. Le 2 juillet 2008, jour de sa libération, le livre aurait pu être renommé La joie au coeur.


 

http://tf1.lci.fr/infos/monde/ameriques/0,,3896571,00-ingrid-betancourt-pasionaria-colombie-meilleure-.html

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Accueil

bouton-retour.gif

Cliquez pour partager cet article

plus largement sur le web. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les bonnes adresses

CONSEIL : Lorsque vous souhaitez contacter l'un des membres de cette liste, utilisez ses coordonnées et non celles du blog !

 


Les Vinaigriers

 

Entre deux - Fast Good - 63 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Atelier Porte-Soleil - 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Résidence Magenta - Maison de retraite - 54/60 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

La page blanche - Papeterie et imprimerie - 53 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

SOFT HÔTEL - Hôtel - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Michelle Sauvalle - Perles de verre et verre soufflé - 51 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

IEC REPRO - Reprographie, plans, PAO - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La paella - Restaurant - 50 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Zigouzis - Bijoux de créateurs, jouets, trouvailles - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 
DESIDERO - Bijoux argent - 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA TAVERNE DE ZHAO - Restaurant de spécialités Xi'an - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Halley Erik - Plumassier brodeur - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

Pharmacie du Canal Saint-Martin - 44 rue des Vinaigriers/38 rue Lucien Sampaix 75010 Paris   


CHEZ FAFA - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris


KOCAN-LEPOUTRE & LEVAYANC - Kinésithérapeutes - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

L'agneau doré - 44 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Les deux singes - Restaurant - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris  
 

Cinquièmes cordes - agent et producteur artistique - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

TRAFFIC - montage image et mixage son - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 


VERONIQUE NORDEY - Formation de l'acteur - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Anne Cahen - Décoratrice d'intérieure - 41 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

O'39 - Restaurant - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Boulangerie Patisserie B TH Martin - Artisan boulanger - 39 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Arts-Immobilier - Agence immobilière - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

ISABELLE - Confection féminine - 38 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La compagnie Turbul - Arts de rue - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Poursin - spécialiste de la boucle en laiton - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

PICCOLI CUGINI - Restaurant Italien - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris


LA FABRIQUE A GÂTEAUX - Pâtisserie - 34 rue des vinaigriers 75010 Paris  


LAURENCE MARGOT - Illustratrice - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Franprix - supermarché - 31/33 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Philippe le libraire - 32 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

MA-LICE - illustratrice, créatrice, 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

VikArt Studio / Self Color - Laboratoire Photo - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

LOFT DESIGN BY  - Vêtements et accessoires - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

PACIFIC PARQUET - Baignoires, parquets et maisons en bois - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris  

 

KANN DESIGN  - Mobilier et luminaires - 28 rue des Vinaigriers 75010 Paris

  

La piñata - Tout pour faire la fête - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

   

TOTUM - Produits d'Amérique du Sud - 23 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

TOBORE - Restaurant africain - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

CAFE CRAFT - Cyber Café des travailleurs indépendants - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LES GARIBALDIENS - Association - 20 rue des Vinaigriers 75010 Paris


RENE PETILLON - BD et illustration de presse - rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LUCE - chanteuse - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA BAÏTA - Maroquinerie - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

SONIA DUBOIS - comédienne - quelque part dans le quartier

 

Tous autres les professionnels de la rue des Vinaigriers

 

 

Les « anciens » Vinaigriers

 

La petite façon - Linge de lit bébé - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Comme une fleur/La galerie végétale - Fleuriste, galerie - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris

 

Santa Sed - FERME !!! - 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris   


Nad Look - Coiffeur-Coloriste - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris 

 

LE BISTROT DES FAUBOURGS - Restaurant - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Lady Fitness - Club de gym pour femmes - 47 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Marco Polo de Paris - articles de voyage et de maroquinerie - 30 rue des Vinaigriers 75010 Paris


Les voisins des Vinaigriers, à deux pas...


 

LE MANOIR HANTE - Sensations - 18 rue de Paradis, 75010 Paris 

 

LA BIDOUILLE - commerce équitable & ateliers pour enfants - 13 rue des Récollets, 75010 Paris

  

POTERIE ET COMPAGNIE - céramique à la vente et animation - 3 cité Riverain, 75010 Paris


BOB'S JUICE BAR - bar bio et végétarien -15 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

 

PETITS PLIS - Bijoux Origami - Rue des Recollets, 75010 Paris

 

LE TAMANOIR EST BLANC - Pâtissier-traiteur - 71 rue du Fb St Martin, 75010 Paris


YAZOUE - Coiffure « studio » à domicile - 75010 Paris


Ailleurs dans le 10ème


Par ici les sorties

 

Les lieux culturels du 10ème

 

Toutes les pharmacies du 10ème  


Squares, parcs et jardins  


Par ici la baignade


 

Vos infos sur le blog ?

C'est ici !
email.jpg

A ne pas manquer !

mon-blog-se-nourrit-de-vos-commentaires-150.png