Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 13:52
Suite à la démission le 16 mai dernier de Julien Bobot, le conseil d’arrondissement a accueilli un nouveau membre, Stéphane Bribard (Parti socialiste). Rémi Féraud a confié les Affaires scolaires à Alexandra Cordebard, première adjointe au Maire, la responsabilité de la Jeunesse étant désormais attribuée à Stéphane Bribard. Paul Simondon, conseiller d’arrondissement, devient adjoint au Maire, délégué à l’Habitat et au Logement.


Changement d'attributions au Conseil Municipal du 10ème _ rue des vinaigriersAlexandra Cordebard, première adjointe, chargée des Affaires scolaires, de la Culture, de la Mémoire et du Monde combattant






Changement d'attributions au Conseil Municipal du 10ème _ rue des vinaigriersPaul Simondon, adjoint au Maire, chargé de l’Habitat et du Logement







Changement d'attributions au Conseil Municipal du 10ème _ rue des vinaigriersStéphane Bribard, conseiller d’arrondissement chargé de la Jeunesse.
Repost 0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 23:48
rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesLe seul vrai Bal parisien : l’événement référence des soirées grand public.

Le Bal est né en janvier 1995 avec le Grand Orchestre de l’Elysée Montmartre : c’est une fête populaire, qui attire tous les 15 jours à Paris 1500 personnes issus de tous milieux, univers et catégories sociales, et dont l’âge moyen oscille entre 20 et 35 ans.

A mi chemin entre la boum de nos années collège, la guinguette d'antan et le concert rock, le Bal doit sa réussite à une philosophie qui le place au cœur des tendances actuelles en proposant à la fois de la musique live, du spectacle et du DJ set.

Un orchestre composé de 10 musiciens, chanteurs et instrumentistes venus de la chanson, et de la scène rock française, interprètent un répertoire d’environ 250 “gold”. Si vous êtes venus applaudir El facteur lors de son passage à l'Atelier Porte Soleil en octobre dernier, vous reconnaitrez Miss Cathy et Hervé Haine au nombre de ces derniers.

Entre les sets du groupe, le DJ résident emporte la foule grâce à une sélection de tubes imparables.



La bande annonce



Extrait de bal


A ne manquer sous aucun pretexte !


Repost 0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 23:38

fête des sans domiciles fixes _ festival de la rueClaude est un « Vinaigrier » comme les autres : il participe à la vie du « village», rend des petits services, vient prendre un apéro en terrasse. Seule différence – de taille – avec les autres : Claude ne peut inviter personne chez lui car il n’a pas de logement. Voilà maintenant 8 ans qu’il dort dans la rue ! Une situation qui devrait bientôt prendre fin : il est désormais dans la phase d’attente d’une proposition de logement.


Aujourd’hui, Claude vous invite tout de même à faire la fête. Depuis plusieurs jours, il a déserté le quartier pour préparer avec ses copains de l’association « Aux captifs de la libération » le 9e festival de la rue qui se déroule du 5 au 7 juin sur le parvis de la cathédrale Notre Dame de Paris.


9e festival de la rue



 Vendredi 5 juin 2009 :

19h Vernissage privé de l’exposition en présence des artistes et des membres des associations partenaires.

20h30 Représentation théâtrale : CARTON PALACE précédé de LA HOUSSE PARTIE, par l’Atelier-Théâtre de St LEU, avec des personnes de la rue.

 Samedi 6 juin 2009 :

10h30 Ouverture de l’espace exposition

14h30 Tables rondes sur le thème : la souffrance de l’exclusion Dédicace de Thierry Torche, ancien de la rue, de son livre S’en Sortir et de Jean-Guilhem Xerri, président de l’association Aux captifs la libération, de son livre A la rencontre des personnes de la rue.

 Dimanche 7 juin 2009 :

10h30 Ouverture de l’espace exposition

14h30 Spectacles variés sur scène (musique, poème, théâtre...)

18h30 Messe pour les personnes de la rue en la Cathédrale Notre-Dame

Carton Palace

Vendredi 5 juin à 20h30

Un mur sépare la société « civilisée » de celle des « exclus ». Comme dans l’allégorie de la caverne de Platon, Tchang (ex-Mamadou) revient de derrière le mur et retrouve Jean, son compagnon de galère… Qu’a-t-il vu ? Entre illusion et désenchantement, que leur reste-t-il de mieux que de rêver à un monde meilleur… Seul ou ensemble ?

Profondément marquée par l’expérience de la vie à la rue, cette pièce est le fruit de l’atelier théâtre proposé par l’association.

Une pièce écrite par Oumar ben ahmed Baro et Paul de Launoy.

Mise en scène de Paul de Launoy

Avec Tran LONG : Tchang et Didier FERRIOT : Jean.

Durée du spectacle : 45 minutes

Tables rondes

Thème : La souffrance de l’exclusion

L’exclusion est un processus complexe. Des fragilités personnelles aux troubles mentaux générés par la vie à la rue, des revendications des « travailleurs du sexe » à la victimisation et au traitement inhumain des réseaux, les confusions, les contradictions et les accusations sont faciles. Ces tables rondes proposent de se mettre à l’écoute des personnes concernées ainsi que des personnes qui vivent au quotidien près d’eux, afin d’éclairer la réalité de la vie des personnes en marge et de comprendre notre champ d’action personnel.

Animées par Christophe Henning.

1) La souffrance psychique des personnes de la rue

Souffrance mentale, souffrance psychique, souffrance psychiatrique ? La rue engendre-t-elle un dysfonctionnement psychique ou est-ce les troubles psychiques qui jettent à la rue ? Avec la participation de Jean-Guilhem Xerri, président de Aux captifs la libération, du Dr Pauline de Vaux, psychiatre et Pierre Martineau, ancienne personne de la rue.

De 14h30 à 15h30

2) La souffrance des personnes en situation de prostitution

Face aux ambivalences de la société actuelle (délit de racolage, discours médiatique sur les travailleurs du sexe...), il est essentiel de replacer le débat sur la personne. Quelles sont les conséquences d’une activité prostitutionnelle sur l’être ? La très grande majorité des femmes veulent quitter la prostitution. Comment les aider à poser ce choix dans la réalité ? Avec notamment Jean-Yves Quilien, directeur général de Aux captifs la libération.

De 16h à 17h

3) L’approche des communautés de foi face à la souffrance intérieure

L’Eglise, à travers ses membres, est présente auprès des personnes en souffrance psychique. Des associations, des aumôneries, des paroisses cherchent, à travers le regard sur l’Homme que nous propose la Parole de Dieu, à agir concrètement pour le bien de la personne, au-delà de ses souffrances. Avec notamment Bernadette Gagey et Martine Trutt, animatrices et responsables de l’espace Philippe Deschamps, Patrick Sempère, aumônier de Aux captifs la libération, Marianne Léger, permanente et Eric Houck, personne actuellement sans domicile. De 17h30 à 18h30

Exposition

Ouvert en continu samedi de 10h30 à 19h et dimanche de 10h30 à 18h. 300 m2 de galerie d’art.

Des peintures, des photographies, des sculptures et autres objets d’art seront présentés au public, la plupart en la présence de l’auteur.

Avec, notamment :
 Alberto Le trottoir lui sert d’appui. Penché sur le sol, il crée à la bombe des paysages, plante de l’herbe verte là où le béton ne propose que du gris… du figuratif à l’abstrait, Alberto s’inspire de l’air du temps.

 Brice Dessinateur hors pair, Brice essaie de vivre de son art. Sa spécialité : la bande dessinée. Il avait créé l’année dernière pour les Captifs l’affiche et l’invitation de la fête rue sur le thème Visages du Monde. Il a accepté cette année d’exposer quelques-unes de ses planches.

 Les ateliers peinture des associations Aux captifs, la libération, du Samu Social ; les ateliers photo du Secours Catholique et de Aux captifs la libération ; l’atelier d’art décoratif de l’antenne de Paris Centre de ACLL.

 Les Fresques peintes par les amis des personnes décédées dans la rue qui racontent l’histoire de leur ami, par l’association Les Morts de la Rue.

 L’atelier Papier Collé du Secours Catholique.

Et aussi :
 Cœur de Femmes, de la photographe Céline Anaya Gautier, en partenariat avec l’association Pour Que l’Esprit Vive. Un exposition de portraits et de textes pour mieux comprendre la réalité de la rue.

Spectacles

Plusieurs concerts se partagent l’affiche avec du théâtre, des lectures de poèmes et autres textes écrits (et lus) par des personnes de la rue…

Il faut souligner la prestation de personnes de la rue qui chantent leur pays comme Hamid et son banjo ou qui le danse, comme le montre Carlos par une démonstration de tango.

La chorale Chœur d’Artichaut mêlera allègrement personnes « ADF » (avec domicile fixe) et « SDF » pour diffuser des chants chaleureux et conviviaux.

Côté théâtre, c’est avec l’association Semeurs d’Espérance que les personnes inclues et exclues monteront de façon indifférenciée sur scène.

Pour revenir tout en musique, l’orchestre de Marco, « les Bras Cassés », vous donnera envie de danser sur du rock des années 80…

Et puis il faudra simplement écouter l’âme de Gilles, de Philippe, de Thierry…

 

 

L'association Aux captifs de la libération

 


L’association Aux Captifs, la libération, régie par la loi 1901, créée en 1981 par le père Patrick Giros et agréée par les pouvoirs publics, a pour but d’aller à la rencontre des personnes qui vivent dans la rue ou de la rue. Elle est implantée actuellement sur quatre secteurs parisiens (Paris Centre, Paris 10e, Paris 12e et Paris 16e).

Son action s’articule concrètement autour de tournées-rue, de permanences d’accueil où s’effectuent un travail d’écoute approfondi, un suivi social et sanitaire, et des programmes de dynamisation.

De multiples partenariats sont mis en place ainsi que de nombreuses activités de sensibilisation, d’information, de dialogue et de réflexion.

Des programmes spécifiques ont été également créés afin de répondre directement aux besoins des personnes que nous rencontrons :

lieux d’accueil de jour

  • accueil Dauphine Lazare
  • Espace Solidarité Insertion "Chez M. Vincent"
  • véhicule de contact "Béthel"
  • programme RMI
  • programme "Santé dans la rue"...

Il s’agit aussi de cerner au mieux les lourdes difficultés de la population rencontrée : exclusion profonde, extrême précarité, asocialité, perte de repères, tendances suicidaires, alcoolisme et toxicomanie, violence, prostitution, pathologies lourdes et variées (VIH, hépatites, tuberculose, MST...), troubles psychiatriques de plus en plus importants.

Repost 0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 02:05

Un ex-adjoint PS à la mairie du Xe arrondissement de Paris a été condamné mardi à six mois d'emprisonnement avec sursis pour détention d'images pédophiles par le tribunal correctionnel de Paris.

Julien Bobot, 34 ans, a été condamné pour avoir téléchargé et consulté sur internet des images pornographiques mettant en scène des mineurs âgés de 2 à 15 ans sur son ordinateur personnel et sur son lieu de travail, de juin 2007 à la mi-mai 2009. Dénoncé par une collègue de travail, ce chargé de mission au sein de la Ligue de l'enseignement a été interpellé il y a deux semaines par la Brigade de protection des mineurs.

Egalement adjoint aux questions scolaires à la mairie du Xe, mandat dont il a démissionné depuis son arrestation, Julien Bobot a reconnu les faits en garde à vue et lors de l'audience de mardi devant la 15e chambre correctionnelle. «Depuis deux semaines, je me pose la question de savoir pourquoi j'ai fait cela alors que je n'ai pas à me plaindre de ma vie», a expliqué d'un ton posé ce père de deux enfants de 1 et 3 ans. Sans antécédent judiciaire, ni «anomalie mentale» selon un expert psychiatre, il s'est dit parfaitement conscient de transgresser la loi en visionnant, téléchargeant et archivant des images d'enfants abusés sexuellement.

«D'une certaine façon, le fait que cela s'arrête et que je me demande "pourquoi ?" est une forme de soulagement», a-t-il ajouté, en soulignant que, depuis sa garde à vue et sa convocation au tribunal, il avait pris rendez-vous avec un psychiatre et un psychanalyste. Le tribunal n'a pas suivi le parquet qui avait requis un suivi socio-judiciaire avec une obligation de soin pendant trois ans.

En prononçant six mois d'emprisonnement avec sursis, «le tribunal a souhaité vous faire confiance et considérer que vous allez effectivement suivre une psychothérapie», a expliqué au prévenu la présidente Marie-Françoise Guidolin. Julien Bobot devra, en outre, verser un euro symbolique à la Ligue de l'enseignement, partie civile.


Une première mondiale à Berlin

C'est un projet unique au monde mené à l'hôpital La Charité de Berlin: soigner des pédophiles avant qu'il ne passent à l'acte, par un long travail de psychologie basé sur la maîtrise de leurs pulsions.

 

Depuis 2005, près de 500 hommes et deux femmes bien décidés à les surmonter, ont contacté l'Institut de sexologie du célèbre hôpital pour suivre un traitement, anonyme et gratuit, étalé sur 45 séances hebdomadaires, individuelles ou en groupe. Vu le nombre limité de places, seule une centaine de "patients" ont jusqu'ici pu être suivis. "Ils savent qu'ils ont cette tendance et cherchent une aide", explique à l'AFP le directeur du projet, le docteur Klaus Beier. "Ils hésitent longtemps avant de venir", ajoute-t-il, précisant que, pour être acceptés, ils ne doivent pas être sous le coup d'une enquête judiciaire.

 

Un programme qui s'adresse donc aux pédophiles en sommeil, qui ne tombent pas dans le champ de la statistique. En Allemagne, selon les estimations, 20.000 mineurs sont chaque année victimes de pédophiles, même si les chiffres réels sont d'après les experts bien plus élevés car des enfants vont rarement déposer plainte de leur propre chef.

 

Le profil type du pédophile? Il n'existe pas, selon le médecin Beier qui compte "tous les types de personnalité, tous les groupes de revenus, tous les niveaux intellectuels" dans son projet. La plupart sont toutefois attirés par des garçons. Tous ont en commun une grande peur d'être dénoncés à la justice, d'"être isolés socialement". Encadrés par plusieurs médecins et psychologues, ils doivent tout d'abord accepter le fait que leur attirance sera toujours là.

 

"Cette structure (sexuelle) n'est pas modifiable, à l'instar de toutes les autres", explique le médecin. "Beaucoup imaginent en arrivant que ça partira", et c'est donc souvent un choc pour les patients de réaliser le contraire. Ce qui signifie se rendre compte qu'ils ne pourront jamais assouvir leur sexualité, pour ceux étant exclusivement pédophiles. Dans le traitement, les patients doivent apprendre à mesurer la portée d'une acte, et surtout que l'enfant n'est jamais celui ou celle qui provoque le désir, par un regard ou une attitude. Dans des jeux de rôle, ils se mettent dans la peau d'un mineur pour tenter de comprendre ce qu'il ou elle peut endurer. Le docteur Beier ajoute que les patients doivent aussi apprendre à renoncer à toute forme de pornographie pédophile, dont la consultation est en soi répréhensible.

 

Le traitement, éventuellement appuyé par une prise d'un anti-androgène, un médicament annulant l'effet biologique de la testostérone, est organisé en panels de discussion. Le plus souvent pour la première fois, les pédophiles rencontrent ainsi leurs semblables, la confrontation aidant à mieux sortir de soi-même.

 

"Je déteste mes tendances, je les trouve à gerber", dit Ralf P., un patient pour lequel la compagnie de petite filles peut vite se transformer en calvaire. "Mais je n'ai jamais abusé d'un enfant", assure-t-il. "Dans le débat public, un pédophile est cloué au pilori rien que pour ses tendances, même s'il n'a rien commis. Cela est injuste car nul ne peut décider de ses préférences sexuelles, et l'on ne devrait condamner que les actes", affirme le médecin.

 

Interrogé sur les propos du candidat conservateur à la présidence française Nicolas Sarkozy qui s'est dit "incliné (...) à penser qu'on naît pédophile", M. Beier affirme que la pédophile est "multifactorielle". "Des facteurs biologiques, par exemple génétiques, ne suffisent pas " pour développer la déviance, "s'ils ne sont pas accompagnés de facteurs psycho-sociaux, et vice-versa".

 

Le programme de prévention de La Charité relayé par une campagne d'affichage est financé par des fonds privés. Même s'il est trop tôt pour évaluer son succès sur le long terme, il sera présenté à des représentants des ministères de la Justice des 27 pays membres de l'Union européenne le 4 juin à Berlin.




Qu'est-ce que la pédophilie ?

Une interview du Dr Roland Coutanceau,
expert psychiatre reconnu auprès des tribunaux.

Un article de www.psychologies.com

 

« On ne sait pas pourquoi un individu devient pédophile. Les théories à ce sujet sont toutes plus ou moins spéculatives. Mais il y a des pistes récurrentes. On a ainsi pu constater que nombre d’agresseurs (en proportion non négligeable : de 20 à 30 % selon les études) ont été eux-mêmes agressés dans leur enfance. C’est un élément à prendre en compte, mais il n’est ni nécessaire ni suffisant. Ce qui se passe à l’adolescence me paraît plus déterminant. La plupart des agresseurs semblent avoir eu une puberté marquée par l’inhibition et la frustration. Quelque chose a compliqué le passage vers une sexualité adulte, si bien que certains d’entre eux sont restés sur un érotisme prépubère.
En gros, ils continuent de jouer au docteur. Enfin, les pédophiles ont souvent une personnalité dysharmonique, caractérisée par l’instabilité et l’impulsivité. Lorsque ces trois éléments sont réunis (l’agression subie, l’adolescence difficile, la personnalité problématique), le cocktail peut être détonant.
»

 

Comment travaillez-vous avec les pédophiles ?

 

« Depuis que notre consultation a été médiatisée, vers 1995, nous recevons des hommes qui viennent de leur plein gré. Ils ont découvert en eux un attrait pour les enfants et ils sont assez responsables pour demander de l’aide afin d’éviter le passage à l’acte. Pour nous, c’est extrêmement intéressant parce que leur cas nous aide à comprendre ce qui manque à ceux qui passent à l’acte. Un pédophile dangereux, ce n’est pas seulement un sujet dont la sexualité est orientée vers les enfants, c’est surtout un individu qui s’autorise à agresser quelqu’un dont il voit bien qu’il n’est pas d’accord.


Le travail thérapeutique doit donc porter sur ces deux aspects. D’une part, on aide le sujet à mieux identifier ses fantasmes. Il y a des pédophiles qui se définissent comme tels, d’autres qui ne savent pas mettre de mots sur ce qu’ils sont. On l’aide aussi à former un jugement sur sa fantasmatique, à comprendre l’origine de son attirance pour les enfants (a-t-il peur d’avoir un partenaire adulte ? d’assumer une homosexualité ?).


D’autre part, au moyen de jeux de rôles ou de témoignages vidéo de victimes, on travaille la relation à l’autre : il s’agit d’apprendre à ne plus fonctionner sous emprise, à accepter que la réponse à sa demande dépende d’autrui, à y voir plus clair dans les désirs que l’on attribue à autrui. La plupart des agresseurs sexuels ont tendance à se faire une fausse idée de ce qui se passe dans la tête de leur proie. Certains s’imaginent que l’enfant est très excité à l’idée de découvrir la sexualité adulte. D’autres se fichent éperdument de ce qu’il peut ressentir. Il faut donc les aider à être plus lucides sur les répercussions de leurs actes.


Souvent, le travail thérapeutique se fait d’abord en groupe. La plupart des pédophiles sont en effet trop centrés sur eux-mêmes pour profiter d’une thérapie individuelle où ils ne feraient que s’appesantir sur leur nombril. En groupe, ils sont obligés de laisser la parole aux autres. Ils profitent des réflexions de ceux qui ont plus de sens critique et de maturité qu’eux. C’est une émulation. »

 

Ne devrait-on pas les soigner plutôt que les incarcérer ?

 

« Les peines encourues par les pédophiles varient de dix-huit mois à cinq ans en correctionnelle (pour les attouchements sans pénétration) et de dix à vingt ans aux assises (pour les viols sur mineurs). Le soin prévu par le jugement ne démarre qu’après la libération, soit plusieurs années après les faits, non par manque de moyens. C’est un choix éthique du législateur qui considère que la privation de liberté est déjà porteuse d’effets.
L’expérience prouve que, pour de nombreux pédophiles, le seul fait d’avoir été puni par la société, d’avoir rencontré l’opprobre et la honte, suffit à empêcher la récidive. Il ne faut pas imaginer les pédophiles comme des malades qui ne pourraient pas s’en sortir sans thérapie. Ce sont surtout des hommes qui s’autorisent le passage à l’acte. Même s’ils ont une personnalité immature et égocentrée, ils sont capables de réfléchir à leur acte et d’en tirer des leçons.
»



LA CASTRATION CHIMIQUE :

 

Une fausse bonne solution


Il s’agit de médicaments antihormones mâles qui inhibent la production de fantasmes et/ou l’érection. « Ils sont essentiellement prescrits aux sujets qui affirment qu’ils ne pourraient pas se contrôler sans ça. Ce qui est faux : tout être humain le peut », assure Roland Coutanceau.
Le contrôle est avant tout un processus mental. S’il ne choisit pas de se contrôler, le pédophile sous médicament peut toujours pénétrer un enfant avec un objet. Bien sûr, le médicament constitue un soulagement, et est parfois nécessaire dans certaines indications, mais il doit toujours être associé à une thérapie relationnelle. « Lorsqu’un prisonnier me demande des pilules pour ne pas recommencer à violer en sortant, c’est de mauvais augure. Cela signifie qu’il se vit lui-même non pas comme un humain responsable de ses actes mais comme une machine incontrôlable. »
Le but de la thérapie relationnelle est alors d’enseigner à cet homme que c’est à lui de se maîtriser et à personne d’autre.

 

 

 

 Lire également cet article

En raison des innombrables dérives observées dans les posts d'autres sites/blog évoquant cette actualité, nous prenons la décision de ne pas les autoriser ici.

Repost 0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 23:47
rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesLe seul vrai Bal parisien : l’événement référence des soirées grand public.

Le Bal est né en janvier 1995 avec le Grand Orchestre de l’Elysée Montmartre : c’est une fête populaire, qui attire tous les 15 jours à Paris 1500 personnes issus de tous milieux, univers et catégories sociales, et dont l’âge moyen oscille entre 20 et 35 ans.

A mi chemin entre la boum de nos années collège, la guinguette d'antan et le concert rock, le Bal doit sa réussite à une philosophie qui le place au cœur des tendances actuelles en proposant à la fois de la musique live, du spectacle et du DJ set.

Un orchestre composé de 10 musiciens, chanteurs et instrumentistes venus de la chanson, et de la scène rock française, interprètent un répertoire d’environ 250 “gold”. Si vous êtes venus applaudir El facteur lors de son passage à l'Atelier Porte Soleil en octobre dernier, vous reconnaitrez Miss Cathy et Hervé Haine au nombre de ces derniers.

Entre les sets du groupe, le DJ résident emporte la foule grâce à une sélection de tubes imparables.



La bande annonce



Extrait de bal


A ne manquer sous aucun pretexte !


Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 21:30

rue des vinaigriers - la rue des artisans, artistes et créateurs - 75010 parisLe ministre de l'Immigration Eric Besson a demandé lundi l'amplification de "la lutte contre les filières d'immigration irrégulière qui conduisent (les) migrants à transiter par Paris", au lendemain de la mort d'un Afghan lors d'une bagarre entre plusieurs clandestins dans un square du Xe arrondissement de la capitale.

M. Besson "a immédiatement demandé au préfet de police de poursuivre et d'amplifier la lutte contre les filières d'immigration irrégulière qui conduisent ces migrants à transiter par Paris", souligne le communiqué. "Onze personnes ont déjà été interpellées début mars dans ce cadre".

Le ministère précise qu'un "haut niveau de contrôle" va être maintenu "sur le secteur du square Villemin et de la Gare du Nord", tout en soulignant "l'objectif de doublement en 2009 du nombre de filières clandestines démantelées". M. Besson rappelle que "toute ouverture de centre permanent d'hébergement des étrangers en situation irrégulière (est) exclue".

De son côté, le MRAP souligne lundi dans un communiqué que les clandestins qui décident de demander l'asile en France "ne disposeront ni de logement ni d'allocation durant toute la procédure, ce qui les contraint à dormir dans les rues et parcs du dixième arrondissement". "C'est ainsi qu'ils étaient plus de 80 samedi soir aux abords des gares de l'Est et du Nord parmi lesquels six mineurs âgés de 14 à 17 ans", affirme l'association, dénonçant ces "conditions inacceptables qui ne peuvent conduire qu'à des tensions".

"Si les circonstances qui ont conduit au décès de cet exilé relèvent de la police et de la justice, il est tout aussi clair que les conditions de vie dans lesquelles se trouvent ces personnes doivent aussi être mises en accusation", réagit aussi le Parti communiste dans un communiqué. "Insuffisance des hébergements, menaces de reconduite à la frontière, pressions policières, misère, tout cela favorise la violence".

Dimanche matin, un Afghan est mort et un autre a été grièvement blessé lors d'une bagarre entre plusieurs personnes dans le square Villemin, dans le Xe arrondissement de Paris, devenu le refuge de plusieurs dizaines de réfugiés afghans en transit vers l'Angleterre.

 

~ o ~

Avis sur les conditions d’exercice du droit d’asile en France
adopté par l’Assemblée Plénière de la CNCDH le 29 juin 2006


Publié avant les présidentielles...


Depuis des années, dans le cadre de la politique de contrôle des flux migratoires, les pouvoirs publics prennent des mesures de plus en plus restrictives concernant l’exercice du droit d’asile. Pour sa part, la CNCDH, en charge de donner son avis aux autorités compétentes sur toutes les questions qui concernent les droits de l’homme ou l’action humanitaire, exprime une considération inverse : au nom des droits de l’homme, les candidats à bénéficier légitimement du droit d’asile ne doivent pas supporter les conséquences de dispositions législatives ou réglementaires conçues pour maîtriser les flux migratoires et sanctionner ceux qui s’introduisent sur le territoire national sous couvert d’une demande d’asile non justifiée.
La confusion entretenue depuis des années entre asile et immigration ainsi que la prévalence de considérations sécuritaires sur l’exigence de protection des réfugiés porte préjudice à l’exercice du droit d’asile en provoquant un climat de suspicion généralisée à l’encontre des demandeurs d’asile. A cet égard, l’implication du ministère de l’Intérieur dans des domaines relevant davantage de l’examen de la demande d’asile que de sa compétence en matière d’accès au territoire et au séjour ne contribue pas à lever cette ambiguïté668.
La CNCDH constate qu’un nombre croissant de demandeurs d’asile ne bénéficie pas d’un examen équitable de leur demande de protection. Sans nier le caractère infondé de certaines demandes d’asile au regard des dispositions applicables, la CNCDH observe qu’en raison d’interprétations jurisprudentielles restrictives et de nouvelles dispositions législatives et réglementaires, l’accès à la procédure normale d’instruction de la demande est toujours plus aléatoire et le droit au recours suspensif de plus en plus fréquemment remis en cause, portant atteinte à l’effectivité du recours devant la Commission des recours des réfugiés. En outre, l’inflation législative et la complexité du système669 renforcent la difficulté d’accès aux droits et les risques d’arbitraire et d’insécurité juridique soulignés par le Conseil d’Etat dans son Rapport public 2006.
Il importe donc que soit au moins respecté de manière absolue et à tous les stades de la procédure l’ensemble des garanties prévues par les instruments internationaux, le droit européen et la législation nationale en matière de droit d’asile et de protection des réfugiés.


A consulter ici



Liens à suivre...

 

Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 13:14
Les faits

Deux personnes ont été interpellées dimanche et placées en garde à vue après qu'un Afghan a été tué et un de ses compatriotes grièvement blessé à coups de couteau au cours d'une rixe, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête.

Dimanche en fin de matinée, une bagarre a opposé plusieurs exilés afghans square Villemin à Paris (Xe), au cours de laquelle un homme âgé de 26 ans est mort après avoir reçu plusieurs coups de couteau au thorax, un autre, âgé de 18 ans, ayant été grièvement blessé à l'abdomen. Ce dernier a été conduit dans un état grave à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Les policiers de la 2e division de police judiciaire (2e DPJ) en charge de l'enquête ont interpellés deux Afghans, âgés de 27 et 17 ans, qui ont été placés en garde à vue et s'y trouvaient toujours lundi matin, selon la source.

Au coeur de Paris, le square Villemin, un jardin public, est devenu chaque nuit l'ultime refuge pour des dizaines d'exilés afghans, parfois des enfants.

Selon l'AFP

Le contexte


Selon le Collectif de soutien des exilés du 10ème arrondissement de Paris


rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistes(...) Parions que de « belles âmes » ne manqueront pas de trouver dans ces nouveaux drames une raison supplémentaire d’affirmer l’urgence d’une lutte renforcée contre l’immigration. Les 4 000 victimes civiles de la guerre en Afghanistan au cours de l’année 2008 sont suffisamment éloignées de leurs yeux pour qu’elles leur paraissent négligeables. Pourtant, il n’y a aucun doute sur le fait que, si les milliers d’exilés afghans, érythréens, irakiens, soudanais, etc. étaient restés chez eux, un bien plus grand nombre d’entre eux seraient morts, blessés ou emprisonnés. C’est bien pourquoi ils viennent en Europe.


Ce sont les conditions d’accueil et de (sur)vie que l’Europe et la France imposent aux exilés à Paris et ailleurs qui conduisent à des tensions qui peuvent expliquer les accidents tragiques. Il y a quelques semaines, c’était un bébé irakien qui mourait à la naissance dans une « jungle » à Grande-Synthe dans le Nord.


Les exilés fuient persécutions et guerres. Ils espèrent pouvoir construire en Europe un avenir qu’ils n’ont aucune chance de bâtir dans leurs pays d’origine.

Mais beaucoup de ces exilés, ayant eu leurs empreintes enregistrées en Grèce avant d’arriver en France n’ont aucune possibilité de demander l’asile dans un autre pays d’Europe. Ils errent donc désespérés en clandestins contraints de pays en pays. D’autres, arrêtés par la police, notamment chaque semaine dans le parc Villemin, ne disposeront ni de logements ni d’allocations durant toute la procédure de demande d’asile. Ils devront donc dormir dehors.


A Paris, alors que des places sont disponibles dans les centres d’hébergement d’urgence, notamment à La Boulangerie dans le 18ème, des dizaines d’exilés sont laissés à la rue et doivent dormir dans les rues du 10ème arrondissement. Ils étaient plus de 80 samedi soir, à la veille du drame de la Gare de l’Est, dont six mineurs âges de 14 à 17 ans.

De plus, aucune structure d’accueil de jour adaptée n’existe, forçant majeurs comme mineurs à passer leurs journées dans les rues ou dans le parc Villemin.

Une situation absolument parfaite pour créer des tensions qui, pour la première fois à Paris, ont entraîné la mort d’un exilé.

 

 

Les réactions

 

 

La Mairie de Paris


Depuis la fermeture du centre de Sangatte fin 2002, de nombreux exilés séjournent dans des conditions indignes aux abords de la gare de l’Est et dans les jardins du 10e arrondissement.

 

Bertrand Delanoë a régulièrement interpellé le gouvernement sur cette situation dramatique et sur l’insuffisance de places d’hébergement à Paris et dans la région parisienne.

 

La mairie de Paris, en liaison avec la mairie du 10e, a mis en place des dispositifs pour informer et orienter les exilés, en partenariat avec Emmaüs et France Terre d’Asile, et a augmenté le nombre de places d’accueil pour les mineurs au titre de sa compétence en matière d’aide sociale à l’enfance (ASE).

 

La rixe qui a entraîné la mort tragique d’un homme aujourd’hui ne fait que confirmer la nécessité absolue que le gouvernement se saisisse enfin de la situation, afin que ces personnes soient prises en charge et hébergées dans des conditions humaines et respectueuses.

Le Maire du 10ème

Paris, le 9 septembre 2008

Madame, Monsieur,

Depuis la fermeture du centre de la Croix-Rouge de Sangatte en 2002, les rues et squares du 10e arrondissement sont devenus le lieu d’accueil de migrants d’origine afghane, irakienne, iranienne ou kurde.

Ces exilés sont aujourd’hui de plus en plus nombreux et leurs conditions de vie sont insupportables et l’Etat, à qui revient leur prise en charge, n’assume pas ses responsabilités, malgré de multiples interpellations des habitants, des élus du 10e et du Maire de Paris, Bertrand Delanoë.

Soucieux d’alerter une nouvelle fois le gouvernement sur l’urgence et la gravité de la situation, notre député Tony Dreyfus et moi-même avons été reçus par Christine Boutin, Ministre du Logement et de la Ville, le 1er septembre dernier. La demande que nous lui avons faite de places supplémentaires d’hébergement pour les exilés s’est malheureusement vu opposer une fin de non-recevoir.

Pourtant, aujourd’hui, notamment avenue de Verdun, place Raoul Follereau et dans le jardin Villemin, la présence de plus en plus importante des exilés a atteint des proportions inquiétantes, engendrant des désagréments inacceptables pour les riverains que vous êtes.

La municipalité ne reste pas inactive face au désengagement de l’Etat. Des dispositifs d’aide et de soutien, en collaboration avec les associations, ont été mis en place afin de faire face à cette situation très difficile.

Même si elles ne peuvent prendre en charge seules une question qui relève de la compétence de l’Etat, la Ville de Paris et la Mairie du 10e vont continuer à chercher des solutions humanitaires. Un lieu d’accueil et d’orientation, entièrement financé par la Ville et géré par Emmaüs, ouvrira très prochainement. Son rôle sera d’informer et d’orienter les exilés, qui pourront y trouver un soutien sanitaire et social et se voir dirigés vers des structures d’hébergement. Parallèlement, au sein de ce « kiosque », l’association France Terre d’Asile les informera sur leurs droits.

Il ne s’agit pas pour nous de favoriser l’arrivée de nouveaux migrants – prétexte invoqué par le gouvernement pour ne pas créer de places d’hébergement supplémentaires – mais d’apporter des solutions à une réalité que nous déplorons maintenant depuis plusieurs années.

Au vu de la situation actuelle de l’Afghanistan, il est peu probable que le flux d’exilés passant par le 10e arrondissement soit amené à diminuer dans un avenir proche. Il est donc nécessaire que le gouvernement prenne enfin ses responsabilités, pour démanteler les réseaux de passeurs évidemment,  mais aussi pour offrir des hébergements en nombre suffisant aux exilés qui vivent dans nos quartiers.

Conscient de la difficulté de la situation, je tiens à vous assurer de ma détermination à trouver des solutions durables et à mobiliser l’ensemble des acteurs concernés.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’assurance de mes sentiments dévoués.


Rémi FERAUD

 


Sangatte à Paris

rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesPrimo, les Afghans et autres Irakiens ne sont pas des “migrants clandestins” mais très souvent des personnes venant de pays en guerre qui demandent l’asile au pays (au continent) des Droits de l’homme.


Secundo, que les filières prospèrent quand la répression s’accroît et que les frontières se referment.


Tertio, si les Afghans sont désormais si nombreux dans le 10e arrondissement de Paris, c’est qu’ils ne font peut-être pas que transiter !


Nous vous invitons à lire/suivre le blog Sangatte à Paris de cette journaliste qui habite le quartier du Canal Saint-Martin depuis dix ans





Les appels au rassemblement


Plus d'une quarantaine d'associations appellent à des rassemblements mercredi devant les préfectures et les palais de justice pour se constituer symboliquement "prisonnier" afin de dénoncer les poursuites judiciaires et tracasseries policières visant des militants associatifs aidant des sans-papiers.

Parmi ces organisations figurent notamment Emmaüs, le Secours catholique, la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS), la Fédération entraide protestante (FEP), la Cimade ou le Réseau éducation sans frontières (RESF).


"Le principe, c'est de dire: si la solidarité devient un délit, alors nous nous constituons prisonniers pour ce délit", a expliqué à l'AP Sandrine Witeska, porte-parole d'Emmaüs France. "On n'est pas des passeurs! Les actions qu'on mène, ce sont des actions en direction de personnes en difficulté", a-t-elle souligné, précisant que des rassemblements sont prévus dans plus de 80 villes, notamment Bordeaux, Lyon Lille, Marseille, Rennes ou Strasbourg. La manifestation parisienne aura lieu mercredi à 13h place Saint-Michel.

Dans leur communiqué commun, les associations rappellent que l'article L622-1 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile stipule que "toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d'un étranger en France sera puni d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30.000 euros".


"On a remis en lumière les objectifs fixés dans le projet de loi de finances de (...) 5.500 interpellations d'aidants pour 2011", estime Mme Witeska, ajoutant que "plus de 7.000 personnes se sont déjà inscrites" pour participer au mouvement. "Ce qu'on demande, c'est de préciser la loi, pour que ce ne soit pas la porte ouverte à des interpellations et des gardes à vue de simples militants et bénévoles".


Dans le cadre de leur mobilisation, les associations ont aussi rédigé une proposition de loi. Ce texte aura pour objet de "réaffirmer le principe de l'accueil inconditionnel dans les structures associatives susceptibles d'accueillir des migrants", de "dépénaliser les 'aidants'" et d'"interdire les interpellations de personnes en situation irrégulière dans les lieux d'accompagnement et d'accès aux droits".


Le parti socialiste, qui comme les Verts notamment, a apporté son soutien à la mobilisation et annoncé que les députés présenterait une proposition de loi visant à dépénaliser toute aide au séjour ne faisant pas l'objet d'un commerce et dont l'objet est de préserver l'intégrité et la dignité de la personne humaine. Elle sera débattue le 30 avril à l'Assemblée nationale, selon un communiqué du PS.


Cette mobilisation intervient alors que deux migrants sont morts en France ce week-end. Un Afghan est décédé lors d'une bagarre entre clandestins dimanche matin dans le square Villemin, dans le Xe arrondissement de Paris, devenu le refuge de plusieurs dizaines de réfugiés afghans en transit vers l'Angleterre. Par ailleurs, un homme, probablement un clandestin selon la préfecture du Nord-Pas-de-Calais, a été découvert mort dimanche vers 3h du matin dans le tunnel sous la Manche par des techniciens de maintenance. AP



Mercredi 8 avril, dans plusieurs dizaines de villes en France, des milliers de personnes se rendront devant les palais de justice pour se constituer prisonniers. A Bordeaux, le rassemblement aura lieu à 13 heures, sur le parvis des droits de l'homme. A l'appel de nombreuses associations (Emmaüs France, RESF, Fédération de l'Entraide Protestante, du Secours Catholique, de la Cimade, du Comede, du Gisti...), ils vont dénoncer la criminalisation de la solidarité.


Aider les personnes en situation irrégulière peut aujourd'hui coûter cher. On se souvient par exemple de cette femme de 59 ans, bénévole aux Restos du coeur, interpellée le 18 février pour avoir simplement permis à des sans-papiers de recharger leur téléphone portable... En effet, en France, c'est désormais un délit d'accueillir, d'accompagner, ou seulement d'aider une personne en situation irrégulière. Interpellés les « aidants » tombent sous le coup de l'article 6.222-1 du Code relatif à l'entrée, au séjour et au droit d'asile, qui punit de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 30 000 euros l'aide à l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers. Les exemples se multiplient. Le 19 mars, André Barthélemy, membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme et président de l'ONG lyonnaise Agir ensemble pour les droits de l'homme ( AEG) a été condamné à 1 500 euros d'amende pour avoir protesté contre l'expulsion de deux sans papiers à bord d'un vol d'Air France Paris-Brazzaville, en avril 2008.


L'Etat veut interpeller 5 000 aidants en 2009...


Selon la loi de finances 2009, l'objectif du gouvernement est d'interpeller 5 000 aidants cette année. Pour protester, des associations appellent donc à manifester mercredi devant les tribunaux et à se constituer prisonniers. « Nous sommes 5 500 citoyens décidés à rester des aidants ! Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit ! », peut-on lire dans un communiqué de l'Asti, l'Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés.


Le film Welcome remet la question des sans-papiers à l'ordre du jour


Un débat, qu'a ravivé "Welcome", le dernier film de Philippe Lioret. Il met en scène un maître nageur français aux prises avec les autorités en raison de l'aide qu'il a offerte à un sans-papiers irakien. Son réalisateur, Philippe Lioret, a fait bondir le ministre de l'Immigration, Éric Besson, en suggérant qu'il y a un parallèle à faire entre les «mécanismes répressifs» mis en place contre les immigrés illégaux et ceux auxquels étaient soumis les Juifs à l'époque du régime de Vichy. Le parti socialiste, en écho au film, a annoncé son intention de présenter un projet de loi contre le "délit de solidarité", qui ferait en sorte qu'il serait impossible de poursuivre en justice une personne venue en aide à un sans-papiers pour des raisons humanitaires. De son côté, Éric Besson affirme que l'article de loi, au coeur de la polémique, est essentiel pour permettre la poursuite des passeurs et qu'il n'a pratiquement jamais été appliqué contre des citoyens français.

Aqui - Nicolas César

 



La presse


La mort au bout de l’exil
Asile . Un réfugié afghan est mort et un autre a été blessé après une bagarre square Villemin à Paris. Le corps d’un sans-papiers découvert dans le tunnel sous la Manche.

Drame de la misère, de l’isolement, du déracinement, un Afghan est mort et un autre a été gravement blessé lors d’une bagarre entre plusieurs hommes hier en fin de matinée dans le square Villemin, à Paris (10e arrondissement). Au coeur de Paris, ce jardin public est devenu chaque nuit l’ultime refuge pour des dizaines d’exilés afghans, y compris des enfants. Après la fermeture en 2002 du centre de Sangatte (Pas-de-Calais), des migrants somaliens, kurdes, irakiens ou afghans, toujours plus nombreux, se sont éparpillés dans le pays, dans des conditions de grande précarité. À Paris, ils sont passés d’une dizaine à plus de 300 Afghans à errer autour de ce jardin, près du canal Saint-Martin.


À la nuit tombée, ils escaladent les murs et les grilles du square et s’abritent à l’aide de cartons sous les toboggans, entre les jeux d’enfants. Ils forment des abris de fortune, avec de simples cartons pour résister à l’humidité. Ils ont les poches vides, après avoir dépensé jusqu’à 15 000 euros en passeurs pour traverser l’Iran, la Turquie, la Grèce et l’Italie et avoir subi humiliations et brutalités policières.


« Ils sont de plus en plus nombreux et de plus en plus jeunes », constate Dominique Bordin, directeur de la protection des mineurs isolés de l’organisation France Terre d’Asile (FTDA) qui a répertorié 683 mineurs étrangers isolés en 2008 à Paris, contre 480 en 2007. Au point qu’il n’est plus possible d’abriter les dizaines de mineurs présents. « Je ne peux en prendre que 28, regrette Dominique Bordin, entouré de gamins dont certains n’ont que douze ans. On a demandé des places supplémentaires mais on nous a dit : pas de nouveau Sangatte à Paris. »

Nombreux sont ceux qui vont rester des mois voire des années « dans les couloirs de l’asile ». Ils reprendront la route pour le Danemark, la Norvège ou la Suède, mais visent de moins en moins l’Angleterre, devenue difficilement accessible. Preuve s’il en était besoin, un sans-papiers, probablement tombé d’un camion, a été découvert mort hier dans le tunnel sous la Manche par des techniciens de maintenance. L’homme, qui n’avait pas de papiers sur lui, n’a pas encore pu être identifié, a informé le parquet de Boulogne-sur-Mer.


L'Humanité - D. S.


Des nuits côté jardin pour les migrants

 

rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesIls sont environ trois cents, presque tous afghans et très jeunes, à franchir chaque nuit les grilles du square Villemin, près de la gare de l'Est (10e), pour dormir sur la pelouse, sous les toboggans ou à l'abri d'un arbuste. Dimanche matin, l'un de ces exilés est mort au cours d'une bagarre. Deux personnes ont été placées en garde à vue. « Il y a parfois des rixes, mais ils sont dans l'ensemble très pacifiques, commente Rémi Féraud, le maire (PS) du 10e.

 

Ce drame s'explique sans doute par la grande précarité dans laquelle ils vivent. » Tandis que Nawroz, 19 ans, montre un sac-poubelle caché derrière les grilles - « Je cache mes affaires ici pendant la journéeMoi, j'ai de la chance, on me prête une chambre. Mais eux, tous les soirs, ils viennent dormir ici, après avoir passé la journée à traîner dans le quartier. Ils vivent comme des hommes de la jungle, sans se laver. Et souvent, la police les chasse. » » -, Haib, 24 ans, commence à raconter, dans un anglais hésitant, le quotidien de ses compatriotes : «

 

Le jeune homme au regard sombre, arrivé il y a quelques mois, s'anime à l'évocation du film Welcome, qui raconte l'histoire d'un réfugié kurde à Calais. « Je l'ai vu, c'est un bon film. Mais j'ai vécu encore pire. » Aujourd'hui, il apprend le français et espère rester à Paris, « parce qu'en Angleterre, on risque plus d'être renvoyés chez nous ». Said partage le même rêve. Assis près d'un buisson, ce grand garçon de 23 ans feuillette un classeur dans lequel il a soigneusement rangé tous les papiers de la préfecture de police. Un courrier daté de fin mars lui signifie son « obligation de quitter le territoire ». Comme les autres réfugiés de Villemin, il a pourtant bien l'intention de rester

 

20 minutes - Lise Martin

Avec les exilés Afghans du square Villemin, à Paris

 

Plus d’une centaine de personnes, membres d'associations de défense des immigrés, militants communistes, élus, citoyens, ont répondu lundi 6 avril à l’appel du Collectif de soutien des exilés du 10ème arrondissement de Paris. Le rendez-vous avait été fixé à 18 heures 30, devant le square Villemin, pour dénoncer la grande précarité des migrants en errance autour de la gare de l’Est.



Ce rassemblement silencieux est une réaction aux deux drames survenus la veille : un demandeur d’asile afghan de 26 ans, est mort poignardé à la suite d’une bagarre dans le square Villemin où il résidait. Par ailleurs, un migrant a été retrouvé mort à trois heures du matin dans le tunnel sous la Manche. Pour le collectif, ces incidents s’expliquent sans nul doute par les conditions de vie "indignes" des exilés, et sont une raison supplémentaire d’affirmer l’urgence de mettre à leur disposition des moyens d’accueil et d’hébergement.

 

ILS ERRENT EN CLANDESTINS DE PAYS EN PAYS


Depuis la fermeture du centre d’hébergement de Sangatte en 2002, l’afflux des réfugiés en provenance notamment d’Afghanistan, d’Irak, d’Erythrée et du Soudan n’a pas tari, bien au contraire. Certains rejoignent ainsi Paris. Dans la capitale, ces migrants séjournent aux abords de la gare de l’Est et dans les jardins du 10ème arrondissement, devenus leur ultime refuge. Ils sont Afghans pour la plupart, 300 en moyenne selon le Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés). Beaucoup d’entre eux errent en clandestins de pays en pays, faute de pouvoir demander l’asile ailleurs qu’en Grèce, premier pays où ils ont fait l’objet d’une prise d’empreintes digitales, conformément aux règles européennes. Pour d’autres, la France est le premier pays d’arrivée, et ils y ont déposé une demande d’asile. Mais dans les deux cas, "ils sont à la rue, sans autorisation de séjour, sans allocation, sous la pression de la police et sous la menace d’une reconduite à la frontière", explique Jean-Pierre Alaux, chargé d’étude au Gisti.



Un des Afghans présents au rassemblement du 6 avril, qui a gardé l’anonymat, a bien voulu témoigner, dans un français encore timide : dans son pays, il était journaliste radio. Il raconte qu’il y a deux ans, une bombe est tombée sur sa maison, tuant sa femme et ses deux fils. Il a pris la route de l’exil, seul et à pied, pour atteindre la France. Il n’a pas le statut de réfugié, car il n’en a pas fait la demande : "A quoi ça sert ? C’est perdu d’avance", explique-t-il. "Ici, il n’y a pas de place pour dormir, pour travailler, pour vivre". Il compte partir en Angleterre, où sont installés des membres de sa famille.

"VICTIMES D’UNE POLITIQUE DE MÉPRIS"

 

Dans le quartier du square Villemin, les habitants sont plutôt solidaires. "Je suis venue tendre la mains aux exilés, car ça me fait mal de penser à ces pauvres gens qui ont vécu des parcours douloureux", explique Monique Nolleau, une habitante du 10ème arrondissement. "Et le pire, c’est qu’on ne peut rien faire pour eux !" Plus généralement, c’est la politique d’immigration du gouvernement qui a été montrée du doigt lors du rassemblement. "Dans ce jardin sont installés des citoyens transitoires de notre arrondissement", a déclaré Alain Lhostis, conseiller PCF de Paris, pour qui  "ils sont victimes d’une politique de mépris, répressive, qui consiste à fermer les portes de l’Europe de l’ouest". "Welcome, c’est ici, en bas de chez nous, tous les jours", s’est exclamé Eric Chopard, militant NPA de l’arrondissement, en référence au dernier film de Philippe Lioret.

Le ministre de l’immigration Eric Besson a rappelé dans un communiqué paru lundi que "toute ouverture de centre permanent d’hébergement des étrangers en situation irrégulière était exclue". M. Besson a par ailleurs annoncé une amplification de la lutte contre les filières d’immigration irrégulière, ainsi que le maintien d’un "haut niveau de contrôle" sur le secteur du square Villemin.

 

Le Monde - Aurélie Collas

 

 

Du côté de la présidence de la République

Evoquant le "contexte actuel de l'emploi", le président de la République Nicolas Sarkozy demande au ministre de l'Immigration Eric Besson d'écarter "fermement" "toute perspective d'une relance globale, massive et indifférenciée de l'immigration de travail".

Dans la lettre de mission qu'il a lui adressée le 31 mars et communiquée aujourd'hui à la presse, Nicolas Sarkozy demande à son ministre de "renforcer la lutte contre l'immigration irrégulière". Mais alors qu'il souhaitait lors de la campagne présidentielle passer à "une immigration de travail plutôt que familiale", le chef de l'Etat veut désormais encadrer de très près le recours à l'immigration de travail.

"Dans le contexte actuel de l'emploi et compte tenu d'un taux de chômage de 22,2% des étrangers non communautaires d'après l'INSEE, toute perspective d'une relance globale, massive et indifférenciée de l'immigration de travail doit être fermement écartée", écrit le chef de l'Etat. Pour lui, "la priorité absolue doit aller au retour à l'emploi des personnes qui en sont privées en France".

La France ne doit accepter l'arrivée de nouveaux immigrants "de travail" que s'ils occupent un poste dans un secteur touché par une pénurie structurelle ou s'il est "avéré" que la personne en question contribuera "au dynamisme et à la création d'emploi dans notre pays", ajoute le président.

Pour le reste, les régularisations doivent demeurer "exceptionnelles" et il convient de renforcer la lutte contre l'immigration irrégulière.
Eric Besson devra s'efforcer de renvoyer cette année 27.000 étrangers dans leur pays d'origine (contre plus de 29.000 l'an dernier), en accentuant les retours volontaires, qui représentaient les deux-tiers des reconduites à la frontière en 2008.

Par ailleurs, le président de la République exige "une impulsion nouvelle à la répression des filière d'immigration clandestine" et demande que 5.000 interpellations soient réalisées contre des "passeurs" et des "exploitants de l'immigration".

Des associations affirment que cette pression se traduit par tracasseries policières et des poursuites judiciaires à l'encontre des militants associatifs aidant des sans-papiers. Emmenées par Emmaüs, le Secours catholique, la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS), la Cimade ou le Réseau éducation sans frontières (RESF), une quarantaine d'associations appellent à des rassemblements mercredi devant les préfectures et les palais de justice pour se constituer symboliquement "prisonnier" en signe de protestation


.


 

 

Repost 0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 23:45
rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesLe seul vrai Bal parisien : l’événement référence des soirées grand public.

Le Bal est né en janvier 1995 avec le Grand Orchestre de l’Elysée Montmartre : c’est une fête populaire, qui attire tous les 15 jours à Paris 1500 personnes issus de tous milieux, univers et catégories sociales, et dont l’âge moyen oscille entre 20 et 35 ans.

A mi chemin entre la boum de nos années collège, la guinguette d'antan et le concert rock, le Bal doit sa réussite à une philosophie qui le place au cœur des tendances actuelles en proposant à la fois de la musique live, du spectacle et du DJ set.

Un orchestre composé de 10 musiciens, chanteurs et instrumentistes venus de la chanson, et de la scène rock française, interprètent un répertoire d’environ 250 “gold”. Si vous êtes venus applaudir El facteur lors de son passage à l'Atelier Porte Soleil en octobre dernier, vous reconnaitrez Miss Cathy et Hervé Haine au nombre de ces derniers.

Entre les sets du groupe, le DJ résident emporte la foule grâce à une sélection de tubes imparables.



La bande annonce



Extrait de bal


A ne manquer sous aucun pretexte !


Repost 0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 03:14

rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesIl y a 6 mois, la Mairie du 10e, en accord avec la Direction de la voirie de la Ville de Paris, a décidé, à titre expérimental, d’inverser partiellement le sens de la circulation dans la rue René Boulanger (entre le boulevard Saint-Martin et la rue de Lancry).

Nous souhaitons maintenant recueillir l’avis des riverains et des commerçants afin de décider si ce nouveau plan de circulation doit être pérennisé, modifié ou abandonné.

Vos réponses nous permettront de prendre en compte l’avis du plus grand nombre d’habitants et d’usagers du quartier.

Vous pouvez nous faire parvenir vos réponses avant le 10 avril :

Par la poste : Mairie du 10e, Cabinet du maire, 72, rue du Faubourg Saint-Martin, 75475 Paris cedex 10
Par Fax : 01 53 72 10 01
Par Mail : mairie10.cabinet@paris.fr
Ou encore déposer le questionnaire à l’accueil.






Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 15:22
A l’occasion de la semaine du développement durable, plus de 20 animations festives et pédagogiques prendront place dans l’arrondissement pour informer et sensibiliser les habitants et usagers du 10e.

Comme chaque année, cette semaine sera l’occasion de valoriser des réponses concrètes et quotidiennes aux enjeux du développement durable : toilettes sèches, ruchers d’abeilles, exposition et conférences…

Pendant 7 jours, tout le 10e sera à l’heure du développement durable.

Le 15 mars: le programme de la semaine sera sur le site http://www.mairie10.paris.fr

Pour tous renseignements : contactez Olivia Leclercq au
01.53.72.10.32 ou par mail : olivia.leclercq@paris.fr


L’organisation de la Semaine du développement durable est pilotée par le ministère du Développement durable. Cette opération a pour objectifs :
- d’expliciter auprès du grand public la notion de développement durable
- d’inciter le grand public à adopter des comportements quotidiens favorables au développement durable
- d’apporter au grand public des solutions concrètes
- de valoriser le Grenelle Environnement et les mesures qui en sont issues

La Semaine du développement durable se place, cette année encore, dans la ligne du Grenelle Environnement, qui donne un sens nouveau à cette opération : outre la nécessité de provoquer une prise de conscience, qui a désormais eu lieu en France, il est nécessaire de donner au citoyen les moyens d’agir concrètement en faveur du développement durable.

Repost 0

Accueil

bouton-retour.gif

Cliquez pour partager cet article

plus largement sur le web. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les bonnes adresses

CONSEIL : Lorsque vous souhaitez contacter l'un des membres de cette liste, utilisez ses coordonnées et non celles du blog !

 


Les Vinaigriers

 

Entre deux - Fast Good - 63 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Atelier Porte-Soleil - 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Résidence Magenta - Maison de retraite - 54/60 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

La page blanche - Papeterie et imprimerie - 53 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

SOFT HÔTEL - Hôtel - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Michelle Sauvalle - Perles de verre et verre soufflé - 51 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

IEC REPRO - Reprographie, plans, PAO - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La paella - Restaurant - 50 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Zigouzis - Bijoux de créateurs, jouets, trouvailles - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 
DESIDERO - Bijoux argent - 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA TAVERNE DE ZHAO - Restaurant de spécialités Xi'an - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Halley Erik - Plumassier brodeur - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

Pharmacie du Canal Saint-Martin - 44 rue des Vinaigriers/38 rue Lucien Sampaix 75010 Paris   


CHEZ FAFA - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris


KOCAN-LEPOUTRE & LEVAYANC - Kinésithérapeutes - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

L'agneau doré - 44 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Les deux singes - Restaurant - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris  
 

Cinquièmes cordes - agent et producteur artistique - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

TRAFFIC - montage image et mixage son - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 


VERONIQUE NORDEY - Formation de l'acteur - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Anne Cahen - Décoratrice d'intérieure - 41 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

O'39 - Restaurant - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Boulangerie Patisserie B TH Martin - Artisan boulanger - 39 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Arts-Immobilier - Agence immobilière - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

ISABELLE - Confection féminine - 38 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La compagnie Turbul - Arts de rue - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Poursin - spécialiste de la boucle en laiton - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

PICCOLI CUGINI - Restaurant Italien - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris


LA FABRIQUE A GÂTEAUX - Pâtisserie - 34 rue des vinaigriers 75010 Paris  


LAURENCE MARGOT - Illustratrice - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Franprix - supermarché - 31/33 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Philippe le libraire - 32 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

MA-LICE - illustratrice, créatrice, 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

VikArt Studio / Self Color - Laboratoire Photo - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

LOFT DESIGN BY  - Vêtements et accessoires - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

PACIFIC PARQUET - Baignoires, parquets et maisons en bois - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris  

 

KANN DESIGN  - Mobilier et luminaires - 28 rue des Vinaigriers 75010 Paris

  

La piñata - Tout pour faire la fête - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

   

TOTUM - Produits d'Amérique du Sud - 23 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

TOBORE - Restaurant africain - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

CAFE CRAFT - Cyber Café des travailleurs indépendants - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LES GARIBALDIENS - Association - 20 rue des Vinaigriers 75010 Paris


RENE PETILLON - BD et illustration de presse - rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LUCE - chanteuse - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA BAÏTA - Maroquinerie - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

SONIA DUBOIS - comédienne - quelque part dans le quartier

 

Tous autres les professionnels de la rue des Vinaigriers

 

 

Les « anciens » Vinaigriers

 

La petite façon - Linge de lit bébé - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Comme une fleur/La galerie végétale - Fleuriste, galerie - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris

 

Santa Sed - FERME !!! - 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris   


Nad Look - Coiffeur-Coloriste - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris 

 

LE BISTROT DES FAUBOURGS - Restaurant - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Lady Fitness - Club de gym pour femmes - 47 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Marco Polo de Paris - articles de voyage et de maroquinerie - 30 rue des Vinaigriers 75010 Paris


Les voisins des Vinaigriers, à deux pas...


 

LE MANOIR HANTE - Sensations - 18 rue de Paradis, 75010 Paris 

 

LA BIDOUILLE - commerce équitable & ateliers pour enfants - 13 rue des Récollets, 75010 Paris

  

POTERIE ET COMPAGNIE - céramique à la vente et animation - 3 cité Riverain, 75010 Paris


BOB'S JUICE BAR - bar bio et végétarien -15 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

 

PETITS PLIS - Bijoux Origami - Rue des Recollets, 75010 Paris

 

LE TAMANOIR EST BLANC - Pâtissier-traiteur - 71 rue du Fb St Martin, 75010 Paris


YAZOUE - Coiffure « studio » à domicile - 75010 Paris


Ailleurs dans le 10ème


Par ici les sorties

 

Les lieux culturels du 10ème

 

Toutes les pharmacies du 10ème  


Squares, parcs et jardins  


Par ici la baignade


 

Vos infos sur le blog ?

C'est ici !
email.jpg

A ne pas manquer !

mon-blog-se-nourrit-de-vos-commentaires-150.png