Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 06:26

rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesEntre le 2 janvier et le 1er février, la ville de Paris met à disposition des parisiens des espaces de collecte des sapins, notamment dans le jardin Villemin.

Au lieu de l’abandonner sur la voie publique, participez à son recyclage et réduisez la quantité des ordures ménagères incinérées. Votre sapin contribuera aussi à l'enrichissement des sols des jardins parisiens. Des points de collecte sont installés dans 95 parcs et jardins du 2 janvier au 1er février.
Comment doit se présenter votre sapin ? Naturel ! Sans décoration, ni neige ou givre artificiel, et sans sac, c’est à ces seules conditions que votre sapin pourra être broyé. Le matériau obtenu viendra enrichir le sol des massifs des espaces verts de la ville. L’année dernière, 15 000 sapins ont ainsi connus une deuxième vie.

Point de collecte dans le 10e :
Jardin Villemin : 6 avenue de Verdun

Autres points de collecte à proximité :

  • Square Montholon : 79bis rue La Fayette, 9e
  • Square d’Anvers : 3 place d’Anvers, 9e
  • Square Jules-Verne : 19 rue de l’orillon, 11e 
  • Square Emile-Chautemps : 98 bis boulevard de Sébastopol, 3e
Repost 0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 01:14

rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesAprès plusieurs années d'exil entre l'Europe et les Etats-Unis, l'écrivaine bangladaise Taslima Nasreen va enfin pouvoir poser ses bagages. Menacée de mort par des extrémistes musulmans, elle va être logée début février par la Mairie de la Paris, a-t-on appris samedi 3 janvier auprès du cabinet du maire (PS) Bertrand Delanoë. La romancière a fait appel à la mairie pour trouver un logement il y a un mois et demi, a indiqué la même source, confirmant des informations du Figaro.

Le cabinet du maire a alors cherché la solution "la plus efficace et la plus conforme" à ses propres procédures. Cette solution consiste en un grand studio dans une résidence d'artistes du 10e arrondissement de la capitale. Comme l'écrivaine n'a pas actuellement de ressources propres, la mairie prendra en charge les premiers loyers, a précisé le cabinet du maire.
 
CONTRAINTE À L'EXIL

Avocate de la laïcité, militante féministe, Taslima Nasreen avait été faite citoyenne d'honneur de la ville le 7 juillet 2008. Bertrand Delanoë avait lancé à cette "combattante de la liberté", présente dans la tribune du Conseil de Paris : "Vous êtes ici chez vous, dans la ville où il fut proclamé que les hommes naissent et demeurent libres et égaux, et que nul ne peut être condamné pour ses opinions."

Mme Nasreen a été contrainte de fuir son pays natal, le Bangladesh, en 1994 après avoir été accusée de blasphème par des islamistes à la suite de la publication de son roman Lajja (La Honte), dans lequel elle décrit la vie d'une famille hindoue persécutée par les musulmans au Bangladesh, où ils sont majoritaires. En 2004, elle s'installe en Inde qu'elle est de nouveau contrainte de quitter sous le coup de nouvelles menaces au printemps 2008. Agée de 45 ans, cette gynécologue de formation a vécu ces derniers mois entre Stockholm, Berlin et les Etats-Unis.




BIOGRAPHIE


Issue d'une famille aisée et cultivée, elle a fait des études de médecine spécialisées en gynécologie et a exercé dans un hôpital public dès 1986.

Menacée par des fondamentalistes islamiques à la suite de la publication de son premier roman Lajja (La honte), dénonçant l'oppression courante sur la communauté hindoue au Bangladesh, elle a été obligée de quitter son pays en août 1994 et de s'installer en Suède. En juin 1995, elle choisit d'habiter à Berlin. Depuis elle habite à Stockholm, New York (où sa sœur réside), et surtout Kolkata, la capitale de l'État indien du Bengale occidental, où elle tente d'obtenir la nationalité indienne, qui lui est refusée.

En mars 2007, sa tête a été mise à prix par un groupe islamiste indien. La prime pour sa décapitation est de 500 000 roupies (environ 9 000 €).

Fin novembre 2007, elle est forcée de fuir Kolkata, à la suite de violentes manifestations contre sa présence. Dans les jours suivants, elle est exfiltrée de ville en ville sous la pression de groupes islamistes qui veulent la voir expulser du pays ou assassiner pour avoir tenu des propos blasphématoires contre l'islam. Le 28 novembre, le ministre des Affaires étrangères indien, Prenab Mukherjee promet que son pays protègera l'écrivaine. Les services secrets indiens la sortent alors de New Delhi pour l'amener dans un lieu tenu secret.

Elle estime à présent que l'exercice de la médecine lui sera définitivement impossible.

Mi-février 2008, elle obtient la prolongation de son visa indien pour six mois, jurant que l'Inde était devenu sa seconde patrie et refusant de venir à Paris pour recevoir le prix Simone-de-Beauvoir qui venait de lui être décerné.

Le 19 mars 2008, elle est obligée de se réfugier définitivement en Europe où elle avait déjà été contrainte en 1994 de trouver refuge après avoir été accusée de blasphème par des musulmans radicaux en Inde. La veille, elle avait affirmé que « le gouvernement indien ne vaut pas mieux que les fondamentalistes religieux ». Elle accuse le gouvernement indien d'avoir tenté de la faire tuer par empoisonnement en lui fournissant des médicaments qui ne lui convenaient pas pour son hypertension après l'avoir fait retirer de l'hôpital où elle était soignée.

Le 21 mai 2008, elle reçoit le Prix Simone de Beauvoir des mains de Rama Yade, Secrétaire d'État aux Droits de l'Homme, après avoir rencontré la Présidente du Mouvement Ni Putes Ni Soumises, Sihem Habchi. Elle est faite citoyenne d'honneur de Paris le 7 juillet 2008.

Alors qu'elle doit faire face à des difficultés financières, la ville de Paris met à sa disposition un logement dans une résidence d'artistes de la capitale qu'elle pourra occuper à partir du mois de février 2009.

Repost 0
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 00:23
rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesSur scène ils sont quatre : deux musiciens, un chanteur et une chanteuse. Ces quatre personnages hauts en couleur vont vous entraîner dans un 20ème siècle bouleversé et bouleversant, c’est « Histoire de chanter ».

Les évènements se succèdent, les chansons les accompagnent : insipides, désinvoltes, engagées, guerrières, revendicatives, ignobles parfois, elles témoignent du contexte politico-social, tout en humour et férocité. Après avoir vu « Histoire de chanter », vous n’écouterez plus jamais une chanson avec la même oreille, car vous ferez partie des initiés qui savent que la chanson n’est jamais anodine, même quand on la traite de légère : en écoutant fredonner vos voisins, vous devinerez très vite leurs sentiments mais aussi leurs idées…

Un spectacle à cent à l’heure qui, en passant de de la Polka au Rock, réussit à réconcilier variétés et culture. Une comédie musicale sociale dans un mouchoir de poche. « Histoire de chanter » : la chanson citée comme témoin d’une époque… n’est jamais innocente !

Mise en scène de Hervé Haine  
Avec Catherine Yerle, Tonio Matias, François Mosnier, Hervé Haine

Réservations au 01 45 23 33 33

L'entrée est libre... la sortie l'est moins !

Les artistes se produisant au Limonaire sont indemnisés grâce à un chapeau qui circule après le spectacle. Le prix est à votre convenance et fonction de vos moyens. On estime cependant au Limonaire que ces spectacles valent bien au moins le prix d'une place de cinéma...

 

On peut manger au Limonaire

On peut également dîner au Limonaire. Il est recommandé pour cela de réserver au 01 45 23 33 33 et, d'autre part, d'arriver tôt puisque le service est totalement interrompu pendant le spectacle.
Nous ne prenons pas les réservations par internet. Merci...

Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 10:14

L’avenir de la place de la République vous intéresse ? La Mairie de Paris engage une large concertation du 15 décembre au 15 mars 2009. Objectif : recueillir vos remarques et propositions à propos du réaménagement de la place de la République.

Pour vous informer :
A partir du 15 décembre, une exposition est organisée pour nourrir votre réflexion :
  • dans les mairies des 3e, 10e et 11e arrondissements
  • sur la place de la République
Pour participer :
  • Contribuez en ligne ! Envoyez vos avis et propositions en cliquant ici.
  • Des registres sont ouverts du 15 décembre au 15 mars 2009 dans les mairies des 3e, 10e et 11e arrondissements pour recenser vos avis et propositions.
  • Les conseils de quartiers peuvent être des relais entre vous et l’équipe municipale. N’hésitez pas à contacter : demolocale10@paris.fr
  • Les associations d’usagers (cyclistes, commerçants, parents d’élèves…) peuvent aussi nous transmettre des suggestions.
  • La Ville vous invite à vous exprimer sur deplacements.paris.fr  à partir du 15 décembre à l'aide d'un formulaire.

La place de la République aujourd’hui.

Une place emblématique et très fréquentée…
Avec 3,4 hectares de superficie, la place de la République est l’une des plus grandes places de la capitale. Par son histoire, elle est un puissant symbole politique.
Elle se distingue aussi par son architecture haussmannienne. À l’intersection des 3e, 10e et 11e arrondissements, la station de métro est la 5e station parisienne par sa fréquentation.

 … mais dégradée et peu accueillante…
Avec 60% de son espace dédié à l’automobile, la place de la République n’a plus l’attrait d’une place urbaine conviviale : trottoirs encombrés, passages piétons insuffisants, accès au métro peu lisibles, aménagements cyclables inexistants et accès à la station de taxis peu aisé.
Le mobilier urbain est quant à lui plutôt obsolète, tandis que les squares dégradés, ne correspondent plus aux attentes d’aujourd’hui...

La place de la République a besoin d’être aménagée… selon vos attentes
Pour embellir la place de la République et la rendre plus agréable à vivre et plus fonctionnelle, son aménagement doit lui redonner une unité tout en redistribuant l’espace public au profit de l’ensemble des usagers.

Pour établir un projet d’aménagement qui prenne en compte les activités, les services, les équipements et les déplacements, nous avons besoin de votre avis.
Un concours d’architectes et de paysagistes permettra de dessiner le nouveau visage de la Place de la République.

La place de la République demain

Objectifs :
  • Rééquilibrer l’espace public en faveur des piétons et des cyclistes.
  • Améliorer la convivialité de la Place en favorisant les espaces verts et en créant de nouvelles activités.
  • Embellir et rendre plus attractive cette place symbolique de Paris.

Contraintes :
  • Le maintien de la statue de la République
  • L’accueil des grands rassemblements
  • La prise en compte des réseaux souterrains (métro, canalisations, câbles), notamment pour la création d’espaces verts
  • La règlementation sur la circulation et la sécurité
  • Le respect du Plan Local d’Urbanisme (PLU)
Calendrier :
  • Mars - septembre 2008 : Diagnostic : analyse des atouts et dysfonctionnement de la Place de la République et des contraintes d’aménagement
  • 15 décembre au 15 mars 2009 : Concertation publique
  • Fin mars 2009 : Bilan de la concertation. Réunion publique.

  • Avril – décembre 2009 : Organisation d’un concours d’architectes et de paysagistes
  • Décembre 2009 : Présentation des différentes esquisses et du projet retenu.
  • Janvier – juin 2009 : Elaboration détaillée du projet.
  • Juin 2010 : réunion publique d’information. Ajustement du projet.

  • Juillet – décembre 2010 : Etudes pour l’exécution du projet.
  • Janvier – juin 2011 : Sélection des entreprises de travaux par appel d’offres
  • Juillet - septembre 2011 : Réunion publique d’information sur le déroulement des travaux.
  • Octobre 2011 – mars 2013 : Travaux d’aménagement. 
Repost 0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 01:30

rue des vinaigriers - la rue des artisans, createurs, artistesL'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (UJRE) et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié contre les peuples (Mrap) ont appelé, dimanche 21 décembre, à manifester "contre la résurgence de l'antisémitisme et du nazisme", après la découverte d'une croix gammée tracée sur la porte du local parisien d'une association juive.
Le signe nazi a été découvert jeudi soir par la secrétaire de l'UJRE, située 14 rue de Paradis dans le 10e arrondissement de Paris. L'association a immédiatement porté plainte pour "dégradation volontaire à caractère raciste".

Rassemblement

L'UJRE appelle "tous ceux que heurtent les résurgences du nazisme, de l'antisémitisme et de toute forme de racisme" à un rassemblement mardi à 18h00 devant le siège de l'UJRE.
Le Mrap s'est joint à cet appel, condamnant ces "actes racistes ciblés et répétitifs qui appellent une plus grande mobilisation des pouvoirs publics avec obligation de résultats".
Un communiqué a été publié vendredi sur le site de la Mairie de Paris par le maire (PS) du 10e, Rémi Féraud, et par Catherine Vieu-Charier, adjointe (PCF) chargée de la mémoire et du monde combattant. Les deux élus condamnent ce geste "inacceptable". "Même s'il s'agit d'un acte isolé […] nous le condamnons avec la plus grande vigueur et adressons aux associations concernées notre soutien, notre respect et notre amitié", ont-ils indiqué.
L'appel a manifesté fait écho à la marche de protestation prévue cet après-midi à Saint-Priest, où la porte d'une mosquée a été brûlée ce samedi.

Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 03:40
exposition_createurs_réinventez noël_rue des vinaigriers_paris illumine parisLes produits de tradition et l’art de vivre alsacien !
Décorations et boules de Noël, marqueterie d’art, confitures, pains d'épices, linge de table, décors Hansi, livres, papeterie, bredele, baerewacke, chocolats, poterie artisanale, faïence et cristal, étoffes, vins d’Alsace, eaux de vie, foies gras, etc… On y déguste du vin chaud alsacien, du thé de Noël et des pains d’épices !

Marché de Noël à la Gare de l’Est :
Parvis de la Gare de l’Est – Paris 10ème - Métro Gare de l’Est
du 29 novembre au 13 décembre de 8h à 20h (les dimanches de 9h à 19h)

Il vous proposera toutes les gourmandises alsaciennes : bretzels, pains d’épices, chocolats, pâtes fraîches, foie gras, vins, eaux de vie et toute la charcuterie alsacienne
Repost 0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 12:15

conférence débat _ violence _ femmesDans le cadre de la journée internationale de lutte contres les violences faites aux femmes, la Marie du 10e organise une conférence-débat sur les violences conjugales et leurs répercussions sur les enfants en présence de Madame Ernestine Ronai, directrice de l’observatoire des violences faites aux femmes du Département de Seine Saint-Denis.

Au programme :
Projections d’extrait de films, débats.

Informations pratiques :
Le jeudi 20 novembre à 19h
Salle des mariages de la Mairie du 10e
72 rue du Faubourg Saint-Martin.


Statistiques

Depuis les années 2000, plusieurs enquêtes nationales ont tenté de dresser un bilan statistique des violences conjugales en France.

  • En France, en moyenne, une femme meurt tous les trois jours des suites de violences domestiques.
  • En France, en moyenne, deux enfants meurent chaque jour des suites de violences domestiques.
  • Un homme meurt tous les quatorze jours des suites de violences domestiques. Dans plus de la moitié des cas, la femme auteur de l'acte subissait des violences de sa part.
  • 13% de toutes les morts violentes recensées en France et, dans lesquelles l'auteur a été identifié ont eu lieu dans le cadre du couple.
  • 41% des crimes conjugaux sont liés à la séparation (commission par des « ex » ou séparation en cours)
  • 23% des auteurs d'homicides se sont suicidés après leur acte (97% d'hommes)
  • 10% des enfants ont été victimes d'homicide en même temps que l'un de leurs parents

Pour l'année 2004, les violences conjugales se chiffrent à plus de 39 000 faits constatés par les services de police et de gendarmerie, 162 femmes et 25 hommes tués par leur compagnon ou compagne et, 12% des viols commis sur les femmes majeurs sont le fait de leur compagnon

Enfin, selon une étude commandée par le ministère de la parité, le coût des violences conjugales en France se chiffrerait, pour l'année 2004, à 1 milliard d'euros (coût santé, police-justice, logement-prestations sociales, humains, perte de production domestique).

Violences conjugales envers les femmes]

En France, en moyenne une femme meurt tous les trois jours à la suite de violences conjugales [étude nationale sur les décès au sein du couple sur les neuf premiers mois de 2006 - Source police-gendarmerie].

  • Selon l’Enquête Nationale des Violences faites aux Femmes, étude de référence en France métropolitaine, 1 femme sur dix se déclare avoir été victime de violences conjugales pendant son existence. La méthodologie de cette enquête de victimisation a été très critiquée notamment par Marcella Jacub et Elisabeth Badinter sur deux points majeurs : elle amalgame toutes sortes de comportements disparates tels que coups mais aussi d’autres éléments subjectifs tels que dénigrement, insultes, pour les assimiler à des violences et elle n'interroge que des femmes. En effet et contrairement aux pays anglo-saxons tels le Canada aucune étude similaire n’ayant été menée en France sur les hommes;


Une étude menée par l'Organisation mondiale de la santé, basée sur des interviews de 24 000 personnes dans 10 pays différents, montre une prévalence de violence conjugale variant suivant le site entre 15 et 70% des femmes interrogées.

Les femmes subissent en majorité les violences au sein du couple(violences psychologiques, verbales, contraintes économiques, agressions physiques et violences sexuelles). Elles sont victimes d'hommes immatures, égocentriques ou présentant de graves troubles de la personnalité. [rapport du Dr Coutanceau - Ministère de la cohésion sociale - 2006] Pour certains, la violence est la réponse « normale » à ce qu'ils considèrent comme un « refus d'obéissance », ils ont vu leur père frapper leur mère, ont une tolérance minimale à la frustration, ne savent régler autrement les conflits et trouvent donc naturels de frapper leur compagne.

  • Les mariages forcés.


Très souvent les femmes n'osent pas dénoncer cette violence de peur de représailles sur les enfants du couple: elles se sentent coupables et responsables de l'échec du couple et de la situation de violence. Elles ont aussi peur de se retrouver sans ressources, si elles ne sont pas indépendantes financièrement. Tous ces éléments font que cette situation perdure, malgré des prises en charges sociales et des démarches auprès des forces de l'ordre.

Violences conjugales envers les hommes

Dès 1977, la sociologue américaine Suzanne Steinmetz crée le concept de « mari battu », ultérieurement remplacé par celui d'« homme battu ». Dans une étude de 1980 (Behind Closed Doors - Violence in The American Family), comprenant une enquête de victimisation, Strauss, Gelles et Steinmetz affirment que les femmes commettent la moitié des violences physiques domestiques. Si le taux d'agression est équivalent, concluent-ils, les hommes causent plus de dommages directs aux femmes, mais les femmes, utilisant des armes, provoquant des blessures plus graves. Suzanne Steinmetz a écrit : « Le crime le plus sous-estimé n'est pas la femme battue, mais le mari battu. »

Dans le monde francophone, plusieurs enquêtes de victimation vont dans le sens de l'équivalence quantitative des violences conjugales. Il s'agit par exemple de l’Enquête sociale générale du Canada, 1999, puis de la même enquête menée en 2004, et d'une enquête d'enseignants de l'Institut de la famille de Fribourg, Guy Bodenmann et Barbara Gabriel, en 2002. Elles aboutissent à des chiffrages analogues : de 1 à 2% de victimes pour chaque sexe durant l'année précédent l'enquête. Une série de témoignages sont disponibles dans la thèse d'une travailleuse sociale suisse, Sophie Torrent, intitulée L'Homme battu, et dans La Cause des hommes de Patrick Guillot. Un recensement d'études sur la violence conjugale féminine est disponible dans La violence faite aux hommes du psychologue québécois Yvon Dallaire.

En France, l'enquête française BVA/L'Express de juin 2005, posant à des hommes les mêmes questions concernant les violences psychiques que celles posées à des femmes par l'enquête ENVEFF, aboutit aux mêmes résultats. La première enquête Cadre de vie et sécuritéde l'Observatoire national de la délinquance, portant sur les années 2005-2006, évalue à 0,7% la proportion d'hommes victimes, ce qui équivaut en population à 120 000. Pour 2007, la gendarmerie comptabilise 2317 faits constatés de violence conjugale contre des hommes, soit une augmentation de 39,3% sur un an, la police n'étant malheureusement pas en mesure de fournir son propre comptage. Ce chiffre est très en-dessous du chiffre réel des violences, car la plupart des hommes concernés n'osent pas porter plainte, pour plusieurs raisons : les services d'aide, comme le 3919, sont officiellement présentés comme réservés aux femmes; ils ont peur de ne pas être crus ou d'être ridicules; ils craignent de subir une plainte reconventionnelle de la part de leur conjointe à laquelle sera accordée une bien plus grande crédibilité; ils craignent de provoquer une séparation conflictuelle, qui impliquerait la perte de contact avec leurs enfants, dont la mère a toutes les chances d'obtenir la résidence principale .

Au point de vue homicides conjugaux, il meurt, selon l'enquête conjointe de la police et de la gendarmerie portant sur 2003-2004, un homme tous les seize jours, et selon l'enquête portant sur 2006 et publiée par le ministère de la Parité, un homme tous les treize jours.

Un certain nombre de violences graves perpétrées contre les pères par les mères dans les couples en situation de divorce ne sont pas comptabilisées comme "violences conjugales". Il s'agit notamment des fausses accusations de violences physiques ou sexuelles à l'encontre des enfants, du délit de non-représentation des enfants très peu sanctionnée en France lorsqu'il est le fait d'une mère, de l'aliénation parentale des enfants, des déménagements à longue distance rendant difficiles le droit de visite du père.

Les homicides conjugaux

Les homicides entre conjoints représentent environ 20% des homicides au Canada, les trois quarts des victimes étant des femmes (soit 12% des homicides). Une étude aux États-Unis a montré que dans les homicides conjugaux, il y avait autant de victimes masculines (maricide) que féminines (uxoricide), mais que dans 60 % des morts masculins, la femme se défendait de la violence de son mari.

En France a été publié en 2006, par l'observatoire national de la délinquance, une étude sur "les éléments de mesures des violences conjugales". Il a été dénombré, pour l'année 2004, 25 hommes et 162 femmes tués par un conjoint ou un concubin.

Une étude, menée par la délégation aux victimes du ministère de l'intérieur et rendue public le 25 novembre 2006 par le ministère de la parité, dénombre, pour les neuf premier mois de 2006, que 113 homicides ont été commis au sein du couple, dont 83% des victimes étaient des femmes. Dans près de la moitié des cas, les couples étaient séparés ou en instance de séparation. De plus, les homicides conjugaux provoquent des décès "connexes" puisque 10 enfants ont trouvés la mort en même temps que l'un de leur parent. Pour les 18 cas de femmes auteurs d'homicides sur leur compagnon, il est enfin à souligner que 12 d'entre elles étaient victimes de violences conjugales. .

Comment prévenir les violences conjugales ?

Il faut distinguer les actions de court terme en période de conflit aigu et la prévention de fond. La prévention de fond va recommander la panoplie de démarches de bons sens ou ajustées par la psychologie qui contribue à la santé relationnelle du couple. Faut-il rappeler que colère, violence ou passivité sont deux modes pour signifier l'impossibilité de fonctionner ? Les précautions en période de tensions entre partenaires suggèrent notamment la médiation, l'éloignement temporaire des partenaires, la résolution des autres aspects aigus dans la vie du couple ou des individus. La thérapie de couple peut permettre d'identifier les causes de l'emballement relationnel qui débouche sur des violences psychologiques ou physiques. Les approches sont multiples : Analyse transactionelle, communication non-violente, approche comportementaliste, etc.

  • Selon Jacques Salomé, c'est très simple, le seul antidote non violent à la violence c’est la communication ! 

Évolutions législatives en France concernant les violences conjugales ]

  • 1975 : Création du premier foyer Flora-Tristan pour femmes battues à Clichy
  • 1980 : La loi précise que « tout acte de pénétration sexuelle de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui, par violence, contrainte ou surprise, est un viol »
  • 1990 : La Cour de cassation reconnaît le viol entre époux. Les associations qui luttent contre les violences familiales peuvent se porter partie civile
  • 1991 : La loi définit l'abus d'autorité en matière sexuelle dans les relations de travail. Une écoute téléphonique, Femmes Info Service (01 40 33 80 60), est créé pour assister les victimes de violences conjugales.
  • 1992 : Loi renforçant l'abus d'autorité en matière sexuelle dans les relations de travail (harcèlement sexuel)
  • 1994 : Le Code pénal reconnaît comme circonstances aggravantes les violences commises par un conjoint ou un concubin et renforce la peine de réclusion criminelle pour viol.
  • 2002 : La loi sur la présomption d'innocence renforce les droits des victimes de violences.
  • 2006 : La loi renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs est adoptée par le Parlement français. Elle introduit une aggravation des peines encourues "pour un crime ou un délit lorsque l'infraction est commise par le conjoint, le concubin ou le partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité" mais également "lorsque les faits sont commis par l'ancien conjoint, l'ancien concubin ou l'ancien partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité. Dès lors que l'infraction est commise en raison des relations ayant existé entre l'auteur des faits et la victime". (Art. 132-80 du Code pénal). La loi modifie également d'autres articles du Code Pénal pour faire reconnaitre les violences au sein de toutes les formes de conjugalité (concubinage, PACS et mariage)
Sources Wikipedia

Découvrez Claude Nougaro!
Repost 0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 14:47

Rue des Vinaigriers, tout le monde connaît (du moins de vue) le peintre Santos Duval. Vous en doutez ? Imaginez : un chapeau, une écharpe, une silhouette un rien nonchalante... Ca y est ? C'est bien lui !


Après avoir exposé il y a deux ans au Cri de la girafe (l'ancienne boutique Zigouzis), Santos Duval expose à partir du 4 décembre prochain au restaurant Mano Buena 128 rue du Faubourg Saint Martin


Cancer, ascendant Lion,

il voyage toujours entre poésie et peinture, entre transcendance et fulgurance, entre impression et évidence.

Tigre chinois au jeu d'enfant, il a fait bien des métiers, connu bien des aventures, entre soleil et éclipses.

Porte-parole d'un monde de signes, d'élans et d'émotions, de fantasmes et de provocations, chantre du désir et du désordre, il peint comme il vit  comme il vibre, dans la perpétuelle recherche du plaisir et du sens.

Auteur de chansons, Santos Duval ne peint qu'en état de manque, lorsque le besoin de création se fait irrésistible et impérieux. A l'antipode du circuit commercial et affranchi de toute contrainte économique, sa peinture est fulgurante, polymorphe, atypique et libre, à l'image de l'artiste.


Repost 0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 02:00

Plus de 50 personnes étaient présentes à la 2ème réunion de concertation du 10ème pour le développement durable.  Une rencontre riche des idées et projets exprimés, qu'il reste maintenant à traduire dans une démarche de co-production conviviale.

A l’initiative de Mehdi Guadi, conseiller en charge de l’urbanisme, du développement durable et de l’économie sociale et solidaire, la 2ème réunion pour le développement durable  du 10ème a réuni plus d’une cinquantaine de personnes, acteurs de l’arrondissement, pour esquisser les moyens de cette mobilisation citoyenne. C’est une véritable méthode de co-production qui sera mise en œuvre entre la Mairie et les citoyens de l’arrondissement. Un questionnaire citoyen sur la perception «  du changement climatique » a été présenté et sera bientôt en ligne dans la future rubrique développement durable sur le site de la Mairie du 10ème.
Les équipes d’animation des conseils de quartiers sont appelées à créer un référent-e « développement durable ». De nombreux projets et idées ont été évoqués en vue de la future semaine du développement durable. A suivre…
Repost 0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 01:54

Ce vendredi 7 Novembre de 21h à 2h, nous ferons la fête en compagnie du Trio Callejon,  une formation qui nous vient d'Espagne composée de musiciens Argentins.


Bal avec Musique live et une conso : 8€
Nouveau : Formule Dîner-Tango (un plat+boisson+bal avc musiciens) 15€


El Divan, Milonga tous les Vendredis de 21h à 2 h au 25 rue d'Enghien 75010 Paris


Et pour faire la fête le plus longtemps possible...

Métro Bonne Nouvelle ou Strasbourg Saint Denis
Derniers Métros depuis la station Bonne Nouvelle
Ligne 8 : direction Créteil : 1h42 direction Balard : 1h56 Ligne 9 direction Pont de Sèvres : 1h46 direction Mairie de Montreuil : 1h54

Depuis la Station Starsbourg-Saint-Denis
Ligne 4 direction Porte d'Orléans : 1h56 direction Porte de Clignancourt : 02:05
Nombreuses Bornes Vélib à proximité dont sur la rue d'Hauteville

Repost 0

Accueil

bouton-retour.gif

Cliquez pour partager cet article

plus largement sur le web. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les bonnes adresses

CONSEIL : Lorsque vous souhaitez contacter l'un des membres de cette liste, utilisez ses coordonnées et non celles du blog !

 


Les Vinaigriers

 

Entre deux - Fast Good - 63 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Atelier Porte-Soleil - 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Résidence Magenta - Maison de retraite - 54/60 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

La page blanche - Papeterie et imprimerie - 53 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

SOFT HÔTEL - Hôtel - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Michelle Sauvalle - Perles de verre et verre soufflé - 51 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

IEC REPRO - Reprographie, plans, PAO - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La paella - Restaurant - 50 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Zigouzis - Bijoux de créateurs, jouets, trouvailles - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 
DESIDERO - Bijoux argent - 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA TAVERNE DE ZHAO - Restaurant de spécialités Xi'an - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Halley Erik - Plumassier brodeur - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

Pharmacie du Canal Saint-Martin - 44 rue des Vinaigriers/38 rue Lucien Sampaix 75010 Paris   


CHEZ FAFA - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris


KOCAN-LEPOUTRE & LEVAYANC - Kinésithérapeutes - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

L'agneau doré - 44 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Les deux singes - Restaurant - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris  
 

Cinquièmes cordes - agent et producteur artistique - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

TRAFFIC - montage image et mixage son - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 


VERONIQUE NORDEY - Formation de l'acteur - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Anne Cahen - Décoratrice d'intérieure - 41 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

O'39 - Restaurant - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Boulangerie Patisserie B TH Martin - Artisan boulanger - 39 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Arts-Immobilier - Agence immobilière - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

ISABELLE - Confection féminine - 38 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La compagnie Turbul - Arts de rue - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Poursin - spécialiste de la boucle en laiton - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

PICCOLI CUGINI - Restaurant Italien - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris


LA FABRIQUE A GÂTEAUX - Pâtisserie - 34 rue des vinaigriers 75010 Paris  


LAURENCE MARGOT - Illustratrice - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Franprix - supermarché - 31/33 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Philippe le libraire - 32 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

MA-LICE - illustratrice, créatrice, 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

VikArt Studio / Self Color - Laboratoire Photo - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

LOFT DESIGN BY  - Vêtements et accessoires - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

PACIFIC PARQUET - Baignoires, parquets et maisons en bois - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris  

 

KANN DESIGN  - Mobilier et luminaires - 28 rue des Vinaigriers 75010 Paris

  

La piñata - Tout pour faire la fête - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

   

TOTUM - Produits d'Amérique du Sud - 23 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

TOBORE - Restaurant africain - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

CAFE CRAFT - Cyber Café des travailleurs indépendants - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LES GARIBALDIENS - Association - 20 rue des Vinaigriers 75010 Paris


RENE PETILLON - BD et illustration de presse - rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LUCE - chanteuse - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA BAÏTA - Maroquinerie - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

SONIA DUBOIS - comédienne - quelque part dans le quartier

 

Tous autres les professionnels de la rue des Vinaigriers

 

 

Les « anciens » Vinaigriers

 

La petite façon - Linge de lit bébé - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Comme une fleur/La galerie végétale - Fleuriste, galerie - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris

 

Santa Sed - FERME !!! - 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris   


Nad Look - Coiffeur-Coloriste - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris 

 

LE BISTROT DES FAUBOURGS - Restaurant - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Lady Fitness - Club de gym pour femmes - 47 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Marco Polo de Paris - articles de voyage et de maroquinerie - 30 rue des Vinaigriers 75010 Paris


Les voisins des Vinaigriers, à deux pas...


 

LE MANOIR HANTE - Sensations - 18 rue de Paradis, 75010 Paris 

 

LA BIDOUILLE - commerce équitable & ateliers pour enfants - 13 rue des Récollets, 75010 Paris

  

POTERIE ET COMPAGNIE - céramique à la vente et animation - 3 cité Riverain, 75010 Paris


BOB'S JUICE BAR - bar bio et végétarien -15 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

 

PETITS PLIS - Bijoux Origami - Rue des Recollets, 75010 Paris

 

LE TAMANOIR EST BLANC - Pâtissier-traiteur - 71 rue du Fb St Martin, 75010 Paris


YAZOUE - Coiffure « studio » à domicile - 75010 Paris


Ailleurs dans le 10ème


Par ici les sorties

 

Les lieux culturels du 10ème

 

Toutes les pharmacies du 10ème  


Squares, parcs et jardins  


Par ici la baignade


 

Vos infos sur le blog ?

C'est ici !
email.jpg

A ne pas manquer !

mon-blog-se-nourrit-de-vos-commentaires-150.png