Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 09:30

Joseph Ghosn_Philippe le libraire_ Rue des VinaigriersJOSEPH GHOSN

ce vendredi  27  novembre   à partir de 18 h 30 

pour son  " ROMANS GRAPHIQUES " ( éditions le mot et le reste )

sous titré 101 propositions de lectures des années 60 à 2000...

 

Il nous propose une réflexion sur la bande dessinée moderne  ainsi qu'une judicieuse liste de itres incontournables dûment commentés et recontextualisés...

 

L'auteur a crée et animé la première rubrique digne de ce nom sur le 9ème art dans les Inrocks pendant qq années et nous propose maintenant un blog à son nom, joli lieu de chroniques, de découvertes et d' humeurs...

 

Il est aussi, avec DUPUY & BERBERIAN, le fondateur de la subtile et sublime revue IMPOSSIBLE qui sort ses numéros ces jours-ci...

 

Enfin sachez que ARTS FACTORY débute ce jour son WINTER SHOW à l espace beaurepaire où l on admirera les oeuvres d artistes tel que V.DOREY, ROCCO et BLEXBOLEX qui signe la couverture du livre de Joseph Ghosn...

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:09



Un marché de Noêl

 

une place, des petites échopes, des lumières, des décorations, des cadeaux, l'odeur des sapins /

DES CRÉATEURS / MARC ALBERT /  MAHATSARA / HK TRADE / VALÉRIE VOUILLE /

DELPHINE KOHLER / LES FILLES DU FACTEUR / EMMANUELLE PIQUART / VÉRONIQUE BRYKALSKA / LAURENT WEISS /

ARTISANAT D’ART / une utilisation maximum de matériaux naturels offerts par la nature, le bois, la terre, la laine ...

pour créer des objets de la vie courante ou de décoration, une façon différente de fabriquer

un des facteurs essentiels de la prise de conscience de l'écologie actuelle et de la remise en cause des

systèmes de production et de consommation / ART DE LA RÉCUP' / un art de redonner vie à des objets

devenus inutiles, obsolètes, cassés, oubliés, les détourner de leur utilisation première / RECYCLAGE / un détournement

d'objets du quotidien, d'objets sauvés des poubelles, arrachés à la décharge, des déchets, collés, pliés, découpés /

DESIGN NATURE / conception de produits innovants et performants, adaptés à la compétition industrielle, aux

matières naturelles et aux formes inspirées par la nature /

 

 

MAHATSARA

 

Mahatsara met en avant, dans le respect des principes du commerce équitable, des créations d'artistes, designers

et artisans d'Afrique australe, en explorant leur inspiration ethnique et leur attrait pour le design contemporain.

 

Mahatsara s’engage à privilégier la création et la diffusion de produits utilisant principalement des ressources

locales et renouvelables ou encore des matériaux de récupération.

 

 

Ilithalomsa signifie « nouvelle aube » en langue xhosa.

C’est aussi le nom donné au projet fondé par Yandiswa Mazwane qui a réuni un groupe de femmes issues des

townships d’Ocean View et Masiphumelele (Péninsule du Cap).

 

Yandiswa et l’ensemble de ces femmes singénuent aujourd’hui à donner une nouvelle vie aux déchets plastiques

en les transformant en objets à la fois décalés et ludiques, décoratifs ou fonctionnels réalisés à partir de

contenants, bouchons et matériaux plastiques récupérés.

 

 

 

DELPHINE KOHLER

 

Les filles du facteur, une association dont les actions sont menées dans une

éthique de développement durable favorisant le métissage des cultures et des individus,

et privilégient les valeurs morales avec et entre tous les intervenants.

 

Le projet « recyclagesacplastic » comporte toutes les valeurs d’une philosophie basée

sur l’écologie et l’aide au développement : la protection du savoir-faire « à la main »,

l’environnement, l’éducation, les problèmes de santé et de l’enfance défavorisée pour le

sud, l’autonomie des femmes immigrées dans les banlieues pour le nord.

 

 

Leurs créations sont largement inspirées de l'habitat des townships où la récupération a été élevé au rang d'art à

part entière

 

 

 

 

MARC ALBERT

 

La maîtrise de sa gestuelle s'inspire de la précision et de la sensualité de la danse qui a été

l'univers de Marc Albert durant 10 ans. Ses coupes de porcelaine, des îlotes, ondulent en plis

mats pour mieux révéler leur intérieur d'émail brillant, parfois un céladon.

 

Une belle sobriété de ligne pour ses vases, à peine décentrés, incrustés d'une écriture qui leur

dessine une résille.

Univers de blanc, de sable, de nacre, de crème, de noir, de brun café...Ce sont la matière, lisse

ou rugueuse, mate, brillante ou nacrée, et la forme qui créent le motif. Isnspirées du monde

animal ou végétal (dentelles de givre, branchages entremêlés, coraux et algues)...ces incises sont

en biscuit de porcelaine.

 

 

 

 

EMMANUELLE PIQUART

 

Sculpteur et céramiste depuis plus de 10 ans, elle travaille une tête par jour. Son travail est dans la répétition,

sa collection « Crapouilles » est une foule de petites têtes de terre cuite : des imbéciles heureux, débonnaires

parfois anxieux. L'artiste présente désormais des pièces à l'inverse des Crapouilles : une tronche à 200% !

Le sujet est alors évident : l'état des âmes.

 

Comme dans la nature, motifs et formes ne se répètent jamais à l'identique.

 

Chacune est UNIQUE.

.

 

VÉRONIQUE BRYKALSKA

 

Véronique Brykalska, graphiste, directeur artistique dans la publicité et Grzegor Brykalski,

architecte, ont choisi la fibre végétale, paille, sisal, raphia, bental ... qu'ils tressent et

cousent.

Pour le monde de la mode ils créent des sacs et des chapeaux. les accessoires et les bijoux

en paille tressée, noire, dorée et bronze, du défilé Couture "Next Queens" d'Imane Ayissi.

Pour l’espace de la maison, ils modèlent des vases aux couleurs et aux formes originales,

des boites, des coussins ... une tasse à thé en paille, des saladiers ...

Dans sa boutique-atelier au coeur du Village Saint-Paul, Véronique crée et vend ses objets.

 

 

 

LAURENT WEISS

 

Tresser, tisser, entrelacer, sculpter, créer...

Où le travail de la matière, dans tous ses états.

Formé aux arts du paysage et de la vannerie, Laurent Weiss sait allier ses deux passions : le jardin

et le travail de l’osier qu'il associe à d'autres matières comme le papier, la terre, la résine, où

texturage, matiérage et fusion prennent tout leur sens.

osier vivant, au jardin en architecture paysagère

osier blanc, sec, brut, en déco et design

Laurent Weiss sait faire évoluer la vannerie vers le contemporain 

" sans quoi elle n'aurait pas d'avenir "

 

 

VALÉRIE VOUILLE

 

photographe et infographiste, Valérie Vouille raconte des histoires poétiques en mêlant des photos de fleurs,

mousses, branches et scènes de nature à ses clichés urbains glanés aux quatre coins de la planète. Les villes

du XXIème siècle de Tokyo, Kyoto, Hong Kong, La Havane ou des Etats-Unis se peuplent de personnages qui gardent

la nature, les fleurs et la poésie qu'elles apportent dans un coin de leur tête, de la même façon qu'un bouquet

apporte une touche de fraîcheur dans un intérieur. Les photos et les montages-histoires deviennent des objets

colorés où chacun peut inventer sa propre escapade fleurie.

 

HK TRADE

 

 

Coupes, bols, boites en laque, objets de décoration et de

l'art de la table, mobiliers aux formes simples et épurées.

 

Bertrand Pellissier crée et dessine les objets en architecte,

attentif aux proportions et aux effets de matière.

 

 


 

Il faut éveiller l'oeil mais aussi le toucher.

 

Il est perpétuellement à la recherche de nouvelles créations,

de textures nouvelles et techniques, en expérimentant

des associations de matières comme une incrustation

de bambou sur laque mate, brute ...

Soucieux du produit fini et du parfaitement réalisé,

au fait de la technique de fabrication, il suit la réalisation

de ses objets avec les artisans, en séjournant fréquemment

en Asie, en particulier au Vietnam depuis plus de 25 ans. 

 

 

 

 

 

Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 10:15
Repost 0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 00:02

Dien Chan_Atelier Porte soleil_Rue des vinaigriersRencontre avec le Dien Chan, multiréflexologie vietnamienne, du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2009, entre 17h et 21h, à l'Atelier Porte Soleil, 57 rue des Vinaigriers - Paris 10e

 

 

 

Maux de tête, de dos, de ventre, douleurs aux articulations, aux muscles, aux tendons, problèmes digestifs, stress, fatigue, insomnies, maladies chroniques...

Par la stimulation de points sur le visage, le Dien Chan permet de dissoudre les blocages, de rétablir une bonne circulation de l'énergie et d'apaiser rapidement les symptômes.


Laure Audigier vous propose des séances découvertes de 10-20 min à 12 € durant la semaine du lundi 23 au vendredi 27 novembre de17 h à 21 h.Séance (10-20 min, selon les effets constatés) : 12 €

Renseignements : 06 80 62 13 62 www.avec-soi.com
Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 17:15
Ces fleurs en papier oranges sont traditionnelles au Mexique et décorent intérieurs, tables et autels durant les jours qui entourent la Fiesta de los muertos.

Elena Farah les réalise depuis des années dans sa boutique et invite petits (et même grands) à venir copier son tour de main.

Rendez-vous le samedi 7 novembre à partir de 15 h à La Galerie Végétale.


Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 07:55

Dans le cadre des Rencontres Photographiques du Xème,
Jean-Louis Canvel
expose du 6 au 28 novembre
ses photographies
''Taches''

à l'Atelier Galerie Michèle Sauvalle
51, rue des Vinaigriers
75010 Paris

Vernissage le vendredi 6 novembre
à partir de 18h00


Exposition ouverte du mercredi au samedi
de 14h00 à 19h00
et sur rdv au 06 21 05 12 98

 

exposition jean louis canvel_michèle sauvalle_rue des vinaigriers

 

 

Cliquez pour voir l'article original publié par Regard Public

et les photos qui l'accompagnent

 

 

 

Avec le souci de constituer une œuvre personnelle dont les pièces s’emboîtent à la façon d’un puzzle, le travail de Jean-Louis Canvel associe principalement écriture et image, interrogeant ainsi la complémentarité entre différents modes d’expression au service d’une histoire, d’un thème ou d’un sujet. Chaque œuvre est un projet unique, conçu de manière globale

Les images sont élaborées pour chaque thème à partir d’un mélange unique de différentes techniques (photographiques, mais aussi dessin, peinture), incluant ses recherches sur la couleur et l’abstraction où le jeu avec le hasard est un élément majeur. Son objectif est de trouver l’alchimie entre plaisir esthétique, développement de l’imaginaire et questionnement sur la réalité et l’illusion

Les textes mêlent fiction, humour, poésie, conte moral et essai,... pour aborder avec distance et légèreté des thèmes sérieux, liés entre autres aux origines et à l’identité. Dans ce domaine également, il aime manier des genres différents, les confronter, pour éclairer plusieurs facettes en donnant la parole aux multiples voix qui cohabitent, chez une même personne ou dans une œuvre

 


 



 

 

Loïc Hamon : « Tes débuts en photo remontent à quel âge ? Donne-nous des détails ? »

Jean-Louis Canvel : Mon grand-oncle était fou de photographie mais le reste de la famille supportait mal le temps nécessaire pour mettre en scène ses images où nous devions figurer en bonne place devant un joli paysage, les longs préparatifs et les poses; il avait aussi un dada dont on se moquait bêtement, le découpage de revues et le collage d’éléments disparates qu’il rephotographiait ensuite, bien kitch ! Il reste peu de traces de son travail, mais j’ai hérité de sa passion et de ses lubies, je crois.
Ma "vocation" a été assez tardive, c’est mon frère aîné qui à 20 ans m’a offert un Canon FTQL, je me suis mis au N&B et j’ai appris tout seul. Très vite, au vu de résultats que je trouvais décevants, j’ai cherché à transformer les images pour fabriquer mon propre monde, avec une bonne petite dose d’orgueil !

 

 

 

 

 


L H :
« L’inspiration; parle-moi des photographes que tu aimais quand tu as commencé et ceux aujourd’hui vers lesquels tu te précipites pour voir leurs dernières expos, leurs dernières publications ? »

J-L C : En réalité, l’inspiration me vient souvent comme ça sans qu’il y ait a priori de lien entre ce que je vois ou fais à ce moment-là et la pensée qui surgit, idée nouvelle ou concernant un projet déjà en cours (du coup, je suis sans arrêt en train de noter !...). Il y a tout un travail inconscient qui se matérialise à un moment donné sous forme d’images ou de mots : je suis du genre ruminant. Pour répondre plus précisément à ta question, je n’ai pas de photographe de prédilection, je suis très éclectique et m’intéresse à différents modes d’expression artistique, souvent sans une connaissance approfondie des techniques mais en m’attachant au lien entre la vie d’un artiste et son œuvre, c’est toujours un mystère qui me plonge dans un abîme de perplexité !
D’un côté, je suis fasciné par ces génies que je découvre et qui me touchent profondément mais en même temps cela me dérange, me détruit presque, j’ai "honte" de ne pouvoir faire mieux ou plus, de mon manque de talent, de ma paresse ou de ma résignation parfois, de l’énorme différence entre ce dont je rêve et du peu que j’arrive à produire !

 

 

 

 

 


Alors il y a une alternance entre des périodes d’ouverture (au cours desquelles j’emmagasine des impressions), et d’autres de fermeture où je dois me concentrer uniquement sur ce que j’ai à faire moi, même si c’est imparfait ! Quoi que je fasse, je doute; le regard des autres (regard public…), comme le mien propre, réclament une exigence telle que la satisfaction n’a aucun sens.
Il ne peut y avoir non plus de notion de mérite, créer est un besoin vital, à la fois souffrance et plaisir. A l’achèvement d’une œuvre, sorte de naissance, doit succéder une nouvelle gestation.

 

 

 

 

 


L H : « Durant plusieurs années, tu as fréquenté le photo club des 30x40 à Paris, peux-tu nous parler de cette expérience ? »

J-L C : J’ai beaucoup apprécié les soirées consacrées à des grands de la photographie, des créateurs extraordinaires, même si leur présence en chair et en os me laissait personnellement sur ma faim; il y avait assez peu de dialogue, d’interaction, les questions et les réponses n’étaient pas éclairantes (mais peuvent-elles l’être ?). J’ai moins aimé le fonctionnement qui n’encourageait pas les timides et les débutants à montrer des images (ah ce silence glacé qui suivait une présentation !...) ou même à prendre la parole : seuls les "maîtres" et les "cadres" semblaient avoir le droit de le faire.
Je rêve d’un lieu où l’organisation serait uniquement au service des échanges entre les personnes, qui permettrait de tirer naturellement le meilleur de chacun et de tous : utopie ? Qui veut essayer ?

 

 

 

 

 


L H : « Un projet, une série photo, ça peut durer combien de temps, je pense à tes images sur les détails de coques de bateaux que tu nous présentes ? »

J-L C : Il y a des "projets" courts (sur quelques mois) et des longs (sur des années voire dizaines d’années, pour faire simple !), mais il existe aussi des œuvres de toute une vie ! C’est une question de maturation : la tique perchée sur son arbre attend bien 18 ans paraît-il avant de tomber sur un mammifère à son goût et de passage, alors… Dans certains cas, le plus difficile est donc de mettre un point final, particulièrement s’il s’agit de prise de vues avec des images du quotidien : c’est tentant d’en ajouter sans cesse, de peur d’avoir raté celle (ou celles…) qui manque, celle qui changera tout ! C’est probablement que le thème est trop vague ou qu’il n’y a tout simplement pas d’échéance qui pousse à finir en "abandonnant" ce qui n’est pas absolument nécessaire, à regret bien sûr.

 

 

 

 

 


Je reviens sur ce terme de projet que j’utilise souvent. Je travaille par thème, avec des images et des textes qui se complètent, se répondent ou se heurtent.
Les thèmes parlent des origines, de l’identité et de sa construction, des mystères, de la magie (anagramme d’image !) et de l’illusion.
Mes images racontent souvent autre chose que ce qu’elles montrent (elles interrogent la "réalité" des choses), l’utilisation de "trucages" (oh l’horrible mot !) et de textes (fiction, humour, poésie, essai,…) permet de donner d’autres dimensions aux images.
"Pie-noir des champs", livre autoédité, raconte avec humour l’histoire d’une petite vache bretonne, illustrée d’images N&B (of course !).

L H : « Certaines sont étonnantes, on dirait une œuvre moderne que l’on aurait pu croiser sur les cimaises de Beaubourg, aucun rajout de ta part, juste le hasard ? »

J-L C : Je suis toujours émerveillé par ce que la nature et le hasard peuvent produire et j’essaie soit de me mettre à leur service, d’en montrer les beautés cachées, ces fameux détails où paraît-il le diable se niche, soit de recréer (en "parfait" petit démiurge…) des conditions de hasard dans l’élaboration d’images, de jouer avec au chat et à la souris, pour brouiller les pistes et parler de la complexité du monde et de la vie, faire découvrir des facettes cachées, mettre en scène la palette des possibles, la richesse des différences, j’aime explorer, inventer des pistes, ouvrir des fenêtres et faire rentrer l’air et la lumière, j’adore "tromper" pour interroger, pour que l’on ne juge pas trop vite, trop simplement, et qu’on ne condamne pas à mort ce qui pourrait vivre, porter des fleurs, produire des fruits.

 

 

 

 

 


L H : « Parle-nous un peu de technique, l’image que tu réalises au déclenchement (je pense à la série sur la Bretagne) et le tirage que tu accroches pour exposition ? »

J-L C : Au moment du déclenchement, il y a derrière l’objectif une personne (un sujet) qui est à ce moment-là sensible à un "sujet" choisi dans un certain environnement. Cette personne ressent la scène avec ses 5 sens et son histoire propre, passée et actuelle, et c’est ce qu’elle traduit dans l’image, plus ou moins inconsciemment, en un éclair. On va donc passer d’une "impression" éphémère à une "impression" définitive, avec l’image et son tirage sur papier.
J’essaie pour ma part, en travaillant l’image en "postproduction", d’y mettre des choses en plus en prenant le temps d’analyser ce que j’ai ressenti et ressens encore autour de cette image, en cohérence et en harmonie avec ce système global dans lequel une image isolée va prendre place et sens.
Le danger est de trop intellectualiser la démarche et de chasser le naturel.

 

 

 

 

 


L H : « Les effets obtenus sont-ils réalisés sur le positif (ou négatif) ou sur le tirage papier définitif ? Dans ce cas difficile d’obtenir un doublon identique ? »

J-L C : Je travaille sur diapositive, par séries homogènes sur un thème donné (images de Bretagne, pour simplifier). Il y a un traitement spécifique par projet, unique, à base d’attaque chimique et microbienne des couches colorées (sur plusieurs semaines voire mois, avec du Whisky et autres substances secrètes mais licites dont l’abus etc.), de stabilisation, puis d’attaque par le feu de certaines parties (au briquet Dupont…). Je travaille avec une loupe sur table lumineuse.
Il y a pas mal de variantes mais les principes de base sont très simples. Par séries, on arrive à avoir des résultats homogènes, ce qui est indispensable pour la cohérence et la continuité du discours. Il est indispensable de trouver son propre langage, mais j’essaie de parler plusieurs langues !

 

 



 

 


L H : « Tes images, sont pour le moins très colorées, as tu déjà utilisé le Cibachrome pour le tirage de celle-ci ? »

J-L C :
Oui, bien sûr, c’était mon papier de prédilection et c’est dommage que ce type de tirage soit perdu mais je n’aimerais pas tenir des propos d’ancien combattant (que je respecte par ailleurs, bien entendu !).
Les techniques changent, "c’est la vie", et il y a du coup de nouvelles voies à explorer. Néanmoins, il reste ce sentiment de perte qui est difficile à gérer, surtout quand on a plus d’années derrière soi que devant et qu’on est déjà par nature un peu enclin à s’adonner à la nostalgie…
Et puis aussi, mais cela n’engage que moi, je trouve que travailler en numérique est plus difficile ! Comme l’argent, le numérique n’a pas d’odeur...

L H :
« Ta manière de voir est pour le moins originale ! Mais est ce encore de la photographie ou une œuvre graphique obtenu via des moyens photographiques ? »

J-L C :
En art, et ça ne date pas d’aujourd’hui, tout est permis ! Les surréalistes par exemple, ont allègrement mélangé les genres et actuellement, par exemple, Sophie Calle n’est pas spécialement photographe.
Je dirai que seul le résultat compte et pour moi c’est de transmettre ce que je ressens qui n’appartiendrait qu’à moi et n’aurait aucun intérêt si je n’essayais pas de donner les clés de mon monde et partager (à défaut de pouvoir embrasser et comprendre ‘’le’’ monde, le cosmos !...), pour forcer sentiments et réflexions, bassiner les autres sur mes thèmes obsessionnels, sur la beauté, la vérité, le réel, les mystères et toutes ces sortes de choses ! Surtout, donner du plaisir et alléger…Vaste programme !

 

 

 

 

 


L H : « Tes projets à venir ? »

J-L C : J’en ai déjà plein mais je m’en invente tous les jours de nouveaux ! Je travaille beaucoup mais pas assez encore. J’aimerais finir les "gros" projets qui me tiennent le plus à cœur (matérialiser par un "objet" sous forme définitive, à transmettre pour échanger) et donc publier quelques livres mêlant textes et images (avis aux éditeurs !).
Je reviens ces temps-ci vers un peu plus de prise de vues, sans traitement postérieur, un comble... Je commence également un projet découpage – collage, mon grand-oncle doit me regarder avec ironie !
J’aime aussi organiser des stages, écrire sur la photographie et l’art. En donnant des cours, on apprend beaucoup sur sa pratique ! Après avoir beaucoup donné jadis dans des clubs photo, je participe aujourd’hui à un collectif de (bons) photographes du Xème, "Oh les murs !", et c’est stimulant.
Mon projet le plus ambitieux (ma petite étoile inaccessible ?), "Lieux communs", est une vraie – fausse encyclopédie. J’utilise des mots choisis que j’illustre par tous les moyens possibles (textes de tous styles, image, dessin, peinture, croquis de sculpture,…). J’en suis à la lettre "a", au début, faut dire que j’ai du mal à faire plusieurs choses en même temps.
Qui sait s’il me faudra d’autres vies pour arriver au mot "zen" ?...

 

 

 

 

 

 

 

 

• Publication de livres :
Edition à compte d’auteur de "Pie-noir des champs" (1995), livre de fiction et images N&B ; actuellement en recherche d’éditeur pour deux ouvrages (textes et images couleur) : "Créations en chaînes" et "Vagues à l’âme et cœur sans cible"
Egalement : romans, contes, nouvelles. Publication depuis 2003 dans une revue littéraire (NCA)

• Expositions :
Expositions personnelles (depuis 1979) : Aubenas, Bièvre, Cauchy, Laon, Montrouge, Mont-de-Marsan, Nemours, Orthez, Pau (FNAC), Trouville, Paris (Artkanal 2006, "Oh les Murs" 2008)

• Illustrations :
Photothèque d’images classiques et créatives :
Séries composées d’une sélection des images travaillées pour illustrer les thèmes des livres
Autres sujets couverts : Bretagne, Paris, Venise, paysages poétiques, humain, matière, taches, abstractions...

• Autres activités :
Direction de club-photo, animation, stages techniques : Laon, Nemours, Pau, Paris (2007, 2008)
Réalisation de vidéo-diaporama : pour Amnesty International France (1990) ; Carnaval Biarnès de Pau
Membre de l’agence Vandystadt (1981), secteur illustration

• Récompenses :
Prix Charles Chevalier (1991) et Louis Ducos de Mauron (1990) à Bièvre
Prix régionaux d’auteur de la Fédération Française de Photographie (1980), diapositive/couleur papier

 

 


Pour connaître les futurs travaux de Jean-Louis Canvel : Présentation des Projets


Jean-Louis, merci d'avoir accordé cette interview à Regard Public (Août 2008)

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 16:11

kinesitherapie_44 rue des vinaigriersCéline Kocan-Lepoutre, masseur-kinésithérapeute et Julien Leyavanc, masseur-kinésithérapeute- ostéopathe se sont récemment installés au n° 44 de la rue des Vinaigriers.

 


Désireux de rencontrer leurs voisins, ils ont le plaisir de vous inviter à découvrir leur nouveau cabinet paramédical autour d'un verre.

 

 

 

 


 

LE JEUDI 5 NOVEMBRE 2009

A PARTIR DE 18H00

 

 

           

44 rue des Vinaigriers – 75010 Paris

Tél : 01.40.38.90.71

Code 24A6, dans la cour à gauche



Repost 0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 13:49

Charles Berberian_Global boboland_Philippe le libraireQui a vu Funny people ? Et vous en pensez quoi ?

 

Une nouvelle rencontre vous est proposée:

 

 

Vendredi  23  octobre  à partir de 18h30 

Soirée Ultra smart avec Charles Berberian 

pour  la sortie de Global  boboland (éditions fluide glacial)

 

Hé oui grande surprise! 

Il ya des bobos au delà du canal st-martin...

Faut il s' en réjouir ??? Car, toujours concernés par le phénomène, Dupuy & Berberian continuent l enquête: du Bénin à Rio en passant  par le Chiroubistan et New-York, ils nous décrivent avec un humour féroce  le marasme d'un capitalisme dé-com-plé-xé, qu’heureusement, on nous garanti être   moralisé très bientôt !

 

 


 

- ce mercredi 21, sur aligre fm, Sexymotherfucker reçoit Crumb et Pascale Comelade de 17h30 à 18h30 pétantes !

- ce jeudi 22, à la galerie BDartist, vernissage de l' expo Gotting...

 

Et attention fermeture exceptionnelle de la librairie ce dimanche 25 octobre
Repost 0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 19:00

fiesta de los muertos_galerie végétale_pinata_rue des vinaigriers

fiesta de los muertos_galerie végétale_pinata_rue des vinaigriers

 

À l'occasion de la fête des morts, La Piñata s'invite à la Galerie Végétale et vous propose de préparer vos festivités à travers un marché aux couleurs du mexique : calaveritas de azucar (tête de mort en sucre), papel picado (papier découpé), roses d'inde en papier, catrina et autres sculptures en papier mâché chamarrées à l'effigie de la mort...


L’inauguration du marché aura lieu le 27 octobre à 18h, autour d’un buffet mexicain et d’un verre de tequila tezcal, dans une ambiance musicale et festive. Tout au long de l'évènement se succèderont différents ateliers, mais aussi des expositions et des installations d'artistes francais, mexicains et allemands fortement inspirés par le thème de la mort.


Les 1er et 2 novembre, jour de la fête des morts, la galerie végétale vous invite à partager ce moment d'allégresse autour de l'autel dédié à Pancho Villa et à Emiliano Zapata : déguisements, performances d'artistes et vente de masques seront au rendez vous. Le marché restera ouvert jusqu'au 8 novembre.

 

fiesta de los muertos_galerie végétale_pinata_rue des vinaigriers

 

 

Télécharger le flyer

 

 

 

Feuilleter l'album photo

 

(Copyright Jason Whittaker)


PROGRAMME DES FESTIVITÉS

 

 


 

DIMANCHE 1er NOVEMBRE

 

 

EL DÍA DE LOS ANGELITOS (MICCAIHUITONTLI) ou la fête des enfants

 

 

15h à 19h : le 1er novembre au Mexique est traditionnellement consacré aux enfants.

 

Des ateliers seront organisés à la Galerie Végétale :

 


  • Atelier papier : « crée toi-même ton bouquet de roses d’Inde en papier » avec Helena Farah
  • Atelier maquillage et tête de mort
  • « Colorie ta sérigraphie » : atelier animé par Los Coños

 

19h-21h : Projection de documentaires sur la fête des morts au Mexique

 


 

LUNDI 2 NOVEMBRE

 

EL DÍA DE LOS MUERTOS (HUEYMICCALHUILT) ou la fête des morts et les arts graphiques

 

Comment illustrer la mort ? L’artiste mexicain Posada a donné ses lettres de noblesse aux Calaveras : poèmes et citations illustrés sur le thème de la mort agrémentés d’une critique sociale et politique aux accents partisans.

 

 

Dans la continuité, La Galerie Végétale a donc convié deux collectifs d’artistes issus de cultures alternatives bien distinctes, qui se retrouvent dans leurs pratiques graphiques, notamment la sérigraphie, outil de revendication par excellence des affichistes européens.

 

Présence du Kollektiv Tod (affichistes berlinois) dans le quartier du Canal Saint-Martin

 

  • 16h: Réalisation de sérigraphies par le collectif Los Coños et le Kollektiv Tod.

  • Performance vidéo et graphique avec la ZUP et Urm (Los Coños ) sur le thème : la mort exploite la mort.

  • 19h: conférence sur Posada (illustrateur et éditeur mexicain réputé internationalement) et Conte de « la Calavera Catrina» par Guadalupe Bocanegra

  • 20h: Projection de documentaires sur la fête des morts au Mexique

 


EL DÍA DE LOS MUERTOS / LA FÊTE DES MORTS MEXICAINE

 

Venez préparer vos festivités et leurs donner un goût de Mexique.

 


 

Au Mexique, la fête des morts revêt une grande importance.

 

 

Pendant deux jours, les 1er et 2 novembre, elle permet aux familles et amis de se retrouver autour de la célébration de leurs défunts.

 

 

Les familles se rendent sur les tombes de leurs ancêtres et les nettoient, les décorent, leurs mettent des fleurs ainsi que des bougies. Les âmes des morts reviennent sur Terre. Il convient alors de leurs faire les offrandes appropriées. Un chemin de pétales de fleurs guide les âmes jusqu’à l’autel.

 

Le Mexicain n’a pas peur de la mort, il se moque d’elle, joue et cohabite avec elle. Cette coutume peut nous sembler choquante, voire provocante, car la mort est traitée comme un personnage quasi humain avec familiarité et dérision. Une autre manière d’aborder la vie et par là même d’intégrer sans honte cette mort qui nous fait si peur et nous fascine.

 

A cette occasion, le magasin La Piñata s’installe à La Galerie Végétale, métamorphosée par le collectif d’artistes Los Coños en «mercado de los muertos» (marché pour la fête des morts).

 

Un autel traditionnel est aussi dédié aux mémoires de Emiliano Zapata et Pancho Villa.

 


 

MERCADO I EXPOSICIÓN DE LOS MUERTOS


du 27 octobre au 8 novembre

 

 

LA PIÑATA a sélectionné pour vous les meilleurs artisans mexicains spécialistes de la fête des morts.

 

 

Vous découvrirez les incontournables de cette célébration mexicaine : Calaveritas de azucar (têtes de mort en sucre), Papel picado (papier découpé), roses d’Inde en papier, Catrina et autres sculptures en papier mâché à l’effigie de la mort.

 

 

Dans le même esprit, l’artiste Frédéric André réalise des objets en papier mâché selon une technique apprise au Mexique. Pour l’occasion il présente sa série de crânes peints dans des couleurs acidulées.

 


 

Si le collectif Los Coños a largement participé à la décoration du marché, chacun des protagonistes a produit des oeuvres originales et personnelles selon des procédés techniques qui leurs sont chers : sérigraphies, peintures, t-shirts, masques…

 

 

Une présence de l’art mexicain « Un regard sur la Mort à travers la peinture et la photo » est organisée par Fomento Cultural Mexico SC

 


 

LA PIÑATA est le magasin de Elena Farah qui est à l’initiative de ce projet. Elle a sélectionné les meilleurs artisans mexicains pour vous présenter l’univers de la fête des morts au Mexique, mais l’objet clé de la fête latino-américaine, c’est aussi la Piñata, ce ballon en papier rempli de cadeaux que l’on tente de casser chacun son tour à l’aide d’un bâton pour faire jaillir les trésors cachés. Si vous souhaitez une Piñata hors du commun, Elena la réalise à la demande. www.lapinata.fr

 


 

GUADALUPE BOCANEGRA est comédienne et conteuse. Elle interprète des contes en espagnol ou bien en français, en mixant narration et musique, pour des enfants, pour des jeunes et pour des adultes.

 

 

Son répertoire va des contes populaires, des mythes, des légendes mexicaines aux histoires érotiques. www.guadalupebocanegra.fr

 



 

Le collectif LOS COÑOS est composé de quatre artistes issus des milieux alternatifs de la fin du XXème siècle, différents et complémentaires: l’art engagé de Radiakal Utopia, l’expressionnisme déjanté de Medina, les illustrations indus-tribales de Stayreo et les créations fantasmagoriques et sarcastiques d’Urm. Ils travaillent de manière contextuelle, sur et pour des lieux, des événements souvent rattachés aux mouvements underground parisiens.

 

 

 

La maison d’édition KOLLEKTIV TOD a été fondée par Frédéric Guille et Gisa Schraml, en 2006 à Friedrichshain, Berlin, pour se confronter aux changements du quartier, de la ville et de ses habitants, et les illustrer. 2007 vit la parution du premier ouvrage collectif : la «Danse macabre de Friedrichshain» «Friedrichshainer Totentanz». Ce livre détermina la ligne éditoriale de cette maison d’édition libre et indépendante: la mort, la critique sociale, et au mieux, les deux ensemble. http://kollektivtod-verlag.de

 


 

L’artiste FRÉDÉRIC ANDRÉ réalise des objets en papier maché. Fortement inspiré par la culture mexicaine, Frederic André a développé ces techniques pour pratiquer un art original, ludique et riche en couleurs. www.cachi.fr

 


 

Présence de l’art mexicain par FOMENTO CULTURAL MEXICO SC avec Miriam Aroeste, Rosa Chivardi, Angelica de la Piedra, Guido del Vaux, Glez Altamirano, Eco Gondi, Lourdes Ortiz, Virinia Lizardi, Manuel Piña, Gabriela Sodi.

 


 

La ZUP : association de Vjay-vidéastes dirigée par El Grande Loyal Gastro. www.z-u-p.org

 

Repost 0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 09:59

rencontres photographiques du 10e_rue des vinaigriersCet événement, organisé par la bibliothèque Château d'Eau et la Mairie du 10e sous le parrainage du photographe Stéphane Couturier, favorise rencontres et échanges entre photographes et passionnés de l'image.

Outre l'exposition collective dans le hall de la Mairie du 10e, une centaine de photographes montrent leur travail dans pas moins d'une soixantaine de lieux. Pendant les Rencontres, sont proposées également différentes animations : conférences, débats, ateliers et vernissages.

L'occasion pour le 10e, au gré des ballades, d'être sous le signe de la photographie durant un mois et demi.


Au Programme

Une exposition collective des lauréats du concours Bibliothèque / Mairie

60 expositions dans le 10e

8 Conférences-débats sur des thèmes d'actualité de la photographie

1 parcours-promenade en présence des photographes

1 rendez-vous surprise

1 atelier sténopé

2 ateliers enfants

Des séances de portraits des habitants du 10e

Et de nombreux vernissages...


Contact
Bibliothèque Château d'Eau - Tel. 01 53 72 11 75


Téléchargez le programme complet


 

Deux lieux d'exposition Rue des Vinaigriers

 

26

L Atelier Galerie Michèle Sauvalle

51, rue des Vinaigriers

06 21 05 12 98

M° Château d’Eau /J. Bonsergent

mercredi au samedi 14h à 19h

Jean-Louis Canvel

Taches

Du 16/10 au 28/11

Vernissage : 06/11 18h

 

 

15

Atelier Porte Soleil

57, rue des Vinaigriers

06 87 38 92 70

M° J. Bonsergent /Gare de l’Est

mardi au vendredi 17h à 21h

samedi & dimanche 15h à 17h

Stéphanie Hoffmann

Passages

Du 16/10 au 28/11

Vernissage : 17/10 17h

Repost 0

Accueil

bouton-retour.gif

Cliquez pour partager cet article

plus largement sur le web. Merci !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les bonnes adresses

CONSEIL : Lorsque vous souhaitez contacter l'un des membres de cette liste, utilisez ses coordonnées et non celles du blog !

 


Les Vinaigriers

 

Entre deux - Fast Good - 63 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Atelier Porte-Soleil - 57 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Résidence Magenta - Maison de retraite - 54/60 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

La page blanche - Papeterie et imprimerie - 53 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

SOFT HÔTEL - Hôtel - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Michelle Sauvalle - Perles de verre et verre soufflé - 51 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

IEC REPRO - Reprographie, plans, PAO - 52 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La paella - Restaurant - 50 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

Zigouzis - Bijoux de créateurs, jouets, trouvailles - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 
DESIDERO - Bijoux argent - 49 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA TAVERNE DE ZHAO - Restaurant de spécialités Xi'an - 49 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Halley Erik - Plumassier brodeur - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

Pharmacie du Canal Saint-Martin - 44 rue des Vinaigriers/38 rue Lucien Sampaix 75010 Paris   


CHEZ FAFA - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris


KOCAN-LEPOUTRE & LEVAYANC - Kinésithérapeutes - 44 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

L'agneau doré - 44 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Les deux singes - Restaurant - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris  
 

Cinquièmes cordes - agent et producteur artistique - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 

 

TRAFFIC - montage image et mixage son - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris 


VERONIQUE NORDEY - Formation de l'acteur - 42 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Anne Cahen - Décoratrice d'intérieure - 41 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

O'39 - Restaurant - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Boulangerie Patisserie B TH Martin - Artisan boulanger - 39 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Arts-Immobilier - Agence immobilière - 39 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

ISABELLE - Confection féminine - 38 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

La compagnie Turbul - Arts de rue - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

Poursin - spécialiste de la boucle en laiton - 35 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

 

PICCOLI CUGINI - Restaurant Italien - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris


LA FABRIQUE A GÂTEAUX - Pâtisserie - 34 rue des vinaigriers 75010 Paris  


LAURENCE MARGOT - Illustratrice - 34 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Franprix - supermarché - 31/33 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

Philippe le libraire - 32 rue des vinaigriers 75010 Paris   

 

MA-LICE - illustratrice, créatrice, 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

VikArt Studio / Self Color - Laboratoire Photo - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris  

 

LOFT DESIGN BY  - Vêtements et accessoires - 29 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

PACIFIC PARQUET - Baignoires, parquets et maisons en bois - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris  

 

KANN DESIGN  - Mobilier et luminaires - 28 rue des Vinaigriers 75010 Paris

  

La piñata - Tout pour faire la fête - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris   

   

TOTUM - Produits d'Amérique du Sud - 23 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

TOBORE - Restaurant africain - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

CAFE CRAFT - Cyber Café des travailleurs indépendants - 22 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LES GARIBALDIENS - Association - 20 rue des Vinaigriers 75010 Paris


RENE PETILLON - BD et illustration de presse - rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

LUCE - chanteuse - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

LA BAÏTA - Maroquinerie - Rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

SONIA DUBOIS - comédienne - quelque part dans le quartier

 

Tous autres les professionnels de la rue des Vinaigriers

 

 

Les « anciens » Vinaigriers

 

La petite façon - Linge de lit bébé - 25 rue des Vinaigriers 75010 Paris

 

Comme une fleur/La galerie végétale - Fleuriste, galerie - 29 rue des vinaigriers 75010 Paris

 

Santa Sed - FERME !!! - 32 rue des Vinaigriers 75010 Paris   


Nad Look - Coiffeur-Coloriste - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris 

 

LE BISTROT DES FAUBOURGS - Restaurant - 55 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Lady Fitness - Club de gym pour femmes - 47 rue des vinaigriers 75010 Paris  


Marco Polo de Paris - articles de voyage et de maroquinerie - 30 rue des Vinaigriers 75010 Paris


Les voisins des Vinaigriers, à deux pas...


 

LE MANOIR HANTE - Sensations - 18 rue de Paradis, 75010 Paris 

 

LA BIDOUILLE - commerce équitable & ateliers pour enfants - 13 rue des Récollets, 75010 Paris

  

POTERIE ET COMPAGNIE - céramique à la vente et animation - 3 cité Riverain, 75010 Paris


BOB'S JUICE BAR - bar bio et végétarien -15 rue Lucien Sampaix, 75010 Paris

 

PETITS PLIS - Bijoux Origami - Rue des Recollets, 75010 Paris

 

LE TAMANOIR EST BLANC - Pâtissier-traiteur - 71 rue du Fb St Martin, 75010 Paris


YAZOUE - Coiffure « studio » à domicile - 75010 Paris


Ailleurs dans le 10ème


Par ici les sorties

 

Les lieux culturels du 10ème

 

Toutes les pharmacies du 10ème  


Squares, parcs et jardins  


Par ici la baignade


 

Vos infos sur le blog ?

C'est ici !
email.jpg

A ne pas manquer !

mon-blog-se-nourrit-de-vos-commentaires-150.png